De plus en plus d'hommes souffrent d'anorexie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
De plus en plus d'hommes
souffrent d'anorexie
©

Manorexie

De plus en plus d'hommes souffrent d'anorexie

En Grande-Bretagne, les hospitalisations d'hommes souffrant de troubles de l'alimentation ont plus que doublé en 10 ans.

Les chiffres sont inquiétants : en 10 ans, les hospitalisations d'hommes mineurs souffrant de troubles alimentaires ont triplé, rapporte le site du Sun. Selon le British Health Service (NHS), 78 adolescents anglais de moins de 14 ans souffrant de troubles alimentaires ont été admis à l’hôpital l'an passé. En comparaison, ils étaient 24 en 2001. En 2011, 39 hommes âgés de 15 à 18 ans ont été traités. Ils étaient 15 en 2001.

En tout, 228 hommes, de tous âges confondus, ont été hospitalisés en 2011. C'est deux fois plus qu'en 2001. Des chiffres sans doute en dessous de la réalité dans la mesure où ils ne prennent pas en compte les hommes hospitalisés dans des cliniques privées.

Ce que les anglo-saxons nomment "manorexie" serait donc en train de prendre une ampleur inédite, et les diagnostics sont d'autant plus difficiles à établir que généralement les hommes se confient peu sur leur propre santé. Ils seraient également moins enclins à reconnaître l'existence d'un problème strictement lié à leur alimentation. Pudeur et timidité mis à part, les spécialistes expliquent que la maladie est encore trop associée à un problème d'adolescente, ce qui ne facilite pas sa prise de conscience par des hommes adultes.

Les médecins déplorent l'influence des photos de mode et des publicités. Des mannequins très maigres transformés en canons de beauté influenceraient certains hommes qui, outre les régimes, s'astreignent à une activité physique intense, quotidienne voire davantage. La plupart ne se rendent pas compte ce qui se joue et de ce qu'ils risquent dans cette spirale infernale. L'obsession du corps "parfait" peut parfois prendre le pas sur toute autre considération, constatent les médecins.

Lu sur The Sun

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !