Grande Bretagne : les premiers mariages homosexuels ont été célébrés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Grande Bretagne : les premiers mariages homosexuels ont été célébrés
©

Réforme

Grande Bretagne : les premiers mariages homosexuels ont été célébrés

La loi britannique du mariage pour tous votée en juillet 2013 est entrée en vigueur ce vendredi à minuit. En Angleterre, l'opinion publique y est majoritairement favorable et les droits parentaux sont déjà acquis pour les couples du même sexe.

Les homosexuels peuvent désormais se dire "yes" en Angleterre et au Pays de Galles. La loi britannique du mariage pour tous votée en juillet 2013 est entrée en vigueur ce vendredi à minuit et de nombreux couples de même sexe en ont déjà profité. Le projet a suscité bien moins de polémiques qu'en France. En Angleterre l'opinion publique y est majoritairement favorable et les droits parentaux sont déjà acquis pour les couples du même sexe.

En effet, les couples homosexuels britanniques peuvent déjà adopter, recourir à la procréation médicale assistée et à une mère porteuse, à condition qu'elle ne soit pas payée. En France, en revanche, la PMA et la GPA se sont invitées sur les banderoles des manifestants opposés au mariage pour tous, au point de provoquer une mise au point du gouvernement. 

La loi britannique permet à présent une union civile et laisse aux différentes religions l'opportunité de célébrer ou non des unions homosexuelles. La nouvelle réforme a été contestée ces derniers mois par l'Eglise anglicane, majoritaire. Mi-février, elle a pris deux mesures pour bien cadrer ses positions : la bénédiction de mariages homosexuels est impossible, tout comme le mariage entre deux membres du clergé du même sexe.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !