Grand banditisme en Corse : le gouvernement veut frapper les criminels au porte-feuille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Grand banditisme en Corse : le gouvernement veut frapper les criminels au porte-feuille
©

Guerre économique

Grand banditisme en Corse : le gouvernement veut frapper les criminels au porte-feuille

Jean-Marc Ayrault a annoncé ce lundi 10 mesures pour renforcer la lutte contre le crime organisé en Corse six jours après l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro.

C'est au tour de Jean-Marc Ayrault de s'emparer du dossier corse. Le Premier ministre a annoncé ce lundi 10 mesures pour renforcer la lutte contre le crime organisé en Corse six jours après l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro. Le gouvernement a notamment choisi de s'attaquer au portefeuille des bandits. "Une attention particulière" serait portée à la délinquance économique et au blanchiment d'argent, a ainsi annoncé Jean-Marc Ayrault. "Les affaires économiques et financières sont à l'origine de la plupart des homicides" dans l'île, a-t-il ajouté à l'issue d'une réunion à Matignon avec les ministres Manuel Valls (Intérieur), Christiane Taubira (Justice), Pierre Moscovici (Economie) et Jérôme Cahuzac (Budget).

Parmi les dix mesures, figurent "la création d'une cellule interministérielle de coordination". Animée par le cabinet du Premier ministre, elle décidera notamment "de missions d'inspection et de soutien au préfet de Corse et aux services territoriaux de l'Etat pour l'exercice de leur mission de contrôle". Elle "fixera aussi les axes du contrôle fiscal en Corse" et examinera "également la dimension internationale des réseaux"

 

Autre axe : "le renforcement des moyens d'enquête spécialisés". Ils doivent permettre d'"identifier les circuits mafieux et enquêter sur les mouvements de patrimoine et les flux financiers irréguliers".

Comme promis la semaine dernière, "une circulaire de politique pénale territoriale destinée spécifiquement à la Corse sera bientôt signée", a poursuivi le Premier ministre. Son objectif sera de renforcer la coordination entre les parquets d'Ajaccio et de Bastia - qui sera renforcé en juges d'instruction - la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille et le parquet anti-terroriste de Paris. Des "réunions de régulation" seront organisées pour "accélérer" le traitement des affaires.

Le gouvernement s'est dit "déterminé à mener une action de grande ampleur et dans la durée" pour lutter contre la grande criminalité dans l'île. "La dérive actuelle doit être stoppée". La Corse comptabilise 22 homicides en 2011 et 15 depuis le début de l'année, 62 attentats et tentatives d'attentat l'an dernier et 55 en 2012, selon les chiffres gouvernementaux.

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !