GPA : des personnalités de gauche, dont Jospin et Delors pressent Hollande de s'opposer à l'admission des contrats de mère porteuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
GPA : des personnalités de gauche, dont Jospin et Delors pressent Hollande de s'opposer à l'admission des contrats de mère porteuse
©

Pas d'hésitation

GPA : des personnalités de gauche, dont Jospin et Delors pressent Hollande de s'opposer à l'admission des contrats de mère porteuse

Ces personnalités l'ont écrit dans une tribune publiée lundi 14 juillet par le journal Libération.

"Le contrat de mère porteuse est contraire au principe de respect de la personne, aussi bien celui de la femme, qui porte l’enfant commandé, que celui de l’enfant, commandé par une ou deux personnes, qui se développe dans le ventre de la «porteuse», puis est livré. Les êtres humains ne sont pas des choses". Les propos sont plus que clairs. Ils émanent d'une soixantaine de personnalités principalement de gauche.

Parmi elles, on retrouve Lionel Jospin ou Jacques Delors. Dans une tribune publiée le 14 juillet dans Libération, ils appellent François Hollande de s'opposer publiquement à l'admission des contrats de mère porteuse. La GPA fait débat en France alors que la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a décidé dans un arrêt que "Paris ne pouvait refuser de reconnaître les enfants nés de mère porteuse à l'étranger. Ce refus de transcrire notamment des actes de filiation réalisés aux Etats-Unis à la suite de naissances par mère porteuse porte atteinte, selon elle, à « l'identité » des enfants".

"Si la France plie, si les filiations des enfants issus de contrats de mère porteuse faites à l'étranger sont inscrites à l'état civil français, alors le marché des bébés devient de fait efficace" écrivent ces personnalités. "Nous vous demandons, au nom de votre engagement constamment exprimé, de vous opposer publiquement à l'admission par le droit des contrats de mère porteuse. (...) Il est concevable de trouver des solutions techniques pour améliorer la situation juridique des enfants présents sur le sol français, sans succomber à ce qui est un triomphe de l'industrie de l'enfantement sur commande" ajoutent les signataires de ce texte. 

Ils demandent aussi au président de la République de "renforcer le dispositif législatif de lutte contre la prospection de clients français par les agences de mères porteuses". De son côté, François Hollande a exclu une légalisation de la GPA en France tant qu'il sera président. 

lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !