Google : redressement fiscal record d'un milliard d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Google : redressement fiscal record d'un milliard d'euros
©

Aïe !

Google : redressement fiscal record d'un milliard d'euros

Le géant américain a pourtant toujours affirmé qu'il se conformait aux législations nationales.

La guerre continue entre Google et Bercy. Mais selon LePoint.fr, elle aurait pris une autre tournure ces derniers jours. En effet, la firme américaine aurait subi un redressement fiscal record à hauteur d'un milliard d'euros, d'après une source gouvernementale. Le site affirme que le ministère de l’Économie et des Finances n'a pas souhaité confirmer l'information mais croit savoir que "la direction générale des impôts n'a pas lésiné pour réclamer son dû".

Il faut dire que le litige fiscal entre Google et le Trésor Public traîne en longueur. En effet, l'entreprise a déjà été contrainte de subir une perquisition au siège de Google France le 30 juin 2011 perdant ainsi bon nombre de documents au profit de la direction nationale des enquêtes fiscales et des douanes. Malgré ce coup dur, ses dirigeants ont toujours promis qu'ils allaient se conformer aux législations nationales. Pour autant, Google ne déclarerait en France qu'un infime chiffre d'affaire à hauteur de 150 millions d'euros car il affirme "facturer les liens sponsorisés de son moteur de recherche depuis l'Irlande".

Apparemment, cela n'a pas convaincu Bercy qui peut se targuer de récolter une jolie somme alors que le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, avouait il y a peu son intention d'obtenir deux milliards d'euros en plus en 2014 grâce à la chasse aux fraudeurs. Néanmoins, Google n'a pas encore payé et pourrait encore se faire désirer.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !