Goodyear : les deux cadres libérés, Maurice Taylor qualifie de "mabouls" les auteurs de la séquestration | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Goodyear : les deux cadres libérés, Maurice Taylor qualifie de "mabouls" les auteurs de la séquestration
©

Happy end

Goodyear : les deux cadres libérés, Maurice Taylor qualifie de "mabouls" les auteurs de la séquestration

Ils ont été libérés en milieu d'après-midi selon des sources syndicales.

Après plusieurs heures passées dans les locaux de l'usine Goodyear d'Amiens, les deux dirigeants de l'entreprise, retenus depuis mardi par des salariés, ont été libérés ce mardi après-midi. C'est donc la fin de cette séquestration qui aura provoqué de nombreuses réactions.

Et parmi elles, celle de Maurice Taylor, président de Titan International. L'Américain s'est indigné de cette méthode la comparant volontiers à un "kidnapping". "Aux États-Unis, on appellerait ça un kidnapping. Ces gens seraient arrêtés et poursuivis. C'est un crime très sérieux, vous risquez la prison à vie. Mais en France, votre gouvernement ne fait rien, ça paraît fou", s'est-il indigné au micro d'Europe 1.

"Pourquoi ne vont-ils pas, masqués, faire un hold-up dans une série de banques françaises ? Ainsi, ils pourraient racheter Goodyear. Mon dieu, ils sont mabouls. On devrait rentrer et faire arrêter ces pirates. Mais ils ne vont pas le faire, parce que c'est comme ça en France" avait-il dit quelques heures plus tôt sur RTL.

Maurice Taylor est un habitué des déclarations fracassantes. Il avait notamment vivement critiqué les "soi-disant ouvriers" du site dans une lettre adressée à Arnaud Montebourg.

A noter que dans le même temps, la CGT a annoncé avoir pris le contrôle de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord :

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !