Goldman Sachs face à la justice américaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Goldman Sachs
face à la justice américaine
©

Une nouvelle crise ?

Goldman Sachs face à la justice américaine

La banque d'investissement a devra fournir au procureur de New York, des informations concernant la crise des subprimes.

La banque d’investissement américaine Goldman Sachs essuierait-elle un nouveau revers ? Selon des informations révélées par le New York Times, la banque a reçu des demandes d’informations de la justice de l'État de New York portant sur ses activités dans les dérivés de crédit immobiliers avant la crise.

La requête, émise par le bureau du procureur de New-York, est liée au rapport publié par la sous-commission des enquêtes du sénat sur le rôle de Wall Street dans l'effondrement du marché du logement américain.  Ce rapport pointe directement du doigt la banque d’investissement Goldman Sachs, accusée d’avoir trompé des acheteurs de titres adossés à des prêts hypothécaires.  Il a été transmis par le Sénat à plusieurs instances d'applications des lois aux États-Unis, notamment au département américain de la justice et à la Commission des opérations de Bourse (SEC).

Pour autant, cette demande d’informations n’est pas synonyme d’ouverture d’enquête pénale. En effet, Goldman Sachs ne fait pas l’objet d’une accusation formelle de la part du procureur de l’État de New York.

Un porte-parole de la fameuse banque, s’étant refusé à tout commentaire, a simplement précisé que « les citations à comparaître ("subpoena") font partie d'un processus normal de demandes d'informations et, bien sûr, quand nous en recevons, nous nous y conformons pleinement. »

L'action de Goldamn Sachs a perdu 10 % au mois de mai, dans la foulée de la publication du rapport accablant dont elle a fait l’objet. Mais la banque d'affaire ne compte pas se laisser faire.

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !