Gironde : Une cellule psychologique installée après une fusillade dans une école | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le tireur est toujours en garde à vue ce mercredi
Le tireur est toujours en garde à vue ce mercredi
©Flickr/ zigazou76

Rixe

Gironde : Une cellule psychologique installée après une fusillade dans une école

Une cellule psychologique a été mise en place à Parempuyre après que des coups de feu ont été tirés mardi matin devant une école.

"Les enfants sont choqués mais ils ne réalisent pas bien ce qu'ils ont vécu. Heureusement, peut-être" explique une maman devant l'école de Parempuyre en Gironde. Mardi, des coups de feu ont été tirés la rentrée d'une école de cette ville, encore sous surveillance renforcée mercredi, a-t-on appris auprès de la mairie et des gendarmes. Une cellule psychologique a été mise en place dans un complexe sportif. L'école est par ailleurs fermée.

D'après les sources et les premiers éléments de l'enquête, une altercation aurait éclaté entre deux familles vers 16h40. Un premier protagoniste a été blessé à l'arme blanche, au visage. Il a lui-même riposté avec une arme de poing, blessant son adversaire à l'abdomen. Cet homme, qui a cherché à se réfugier dans l'école, a été poursuivi par un troisième individu, qui, armé d'un fusil de chasse, a tiré un coup de feu dans la cour. Aucune personne n'a été touchée.

Les deux blessés restaient à l'hôpital mercredi à Bordeaux et ont tous les deux subi des interventions chirurgicales bien que leurs jours ne soient pas en danger, selon une source proche de l'enquête. Le troisième homme, auteur du coup de feu dans l'école, était pour sa part toujours en garde à vue. La rixe concernerait deux familles de gens du voyage installées à Parempuyre, ville de la banlieue de Bordeaux qui restait mercredi sous "surveillance renforcée", selon la gendarmerie.

TF1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !