Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Social
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Débordements

Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés

Les Gilets jaunes sont quelques milliers à défiler dans les rues de Paris pour cet acte XXIII.

Les Gilets jaunes avaient décidé que Paris serait le point central des manifestations de l'acte XXIII ce samedi. Sous un grand soleil, ils sont donc quelques milliers à s'être rassemblés ce samedi à Bercy avant de partir dès midi, dans un cortège déclaré en préfecture, en direction de la place de République. 

Malgré les quelques 11.062 contrôles préventifs réalisés à 13h20, à Paris, 126 personnes avaient été arrêtées d'après la préfecture de police. En début d'après-midi, plus heurts avec la police avaient déjà éclaté. Le long du boulevard Richard-Lenoir, entre Bastille et République, la police a fait usage de grenades de désencerclement et de bombes lacrymogènes. A République, une épaisse fumée noire s'élevait dans le ciel, plusieurs magasins ont été pillés et une dizaines de voitures et scooter incendiés.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, avait déclaré hier craindre la venue massive de black blocks dans les rues de la capitale et dans plusieurs autres villes françaises. A ce titre plus de 60 000 policiers et gendarmes sont mobilisés à travers tout le pays. 

 "A nouveau la menace est sérieuse et appelle à un dispositif renforcé" avait prévenu le ministre hier lors d'une conférence de presse. 

Autre mesure de sécurité à noter, dès 8h ce matin un certain nombre de stations de métro parisiennes étaient fermées sur ordre de la préfecture. Aucun train ne circulait entre Chatelet et la Défense, par exemple. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !