Gestation pour autrui : François Hollande s'était prononcé contre la reconnaissance des enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La gestation pour autrui, une question épineuse pour François Hollande
La gestation pour autrui, une question épineuse pour François Hollande
©Reuters

Couac

Gestation pour autrui : François Hollande s'était prononcé contre la reconnaissance des enfants

Pendant la campagne présidentielle, le président considérait que faciliter la reconnaissance des enfants constituait une "facilité donnée" à la GPA, et qu'il ne fallait pas ouvrir cette question. C'est pourtant ce que vient de faire la circulaire de Christiane Taubira...

La situation ne cesse de s'envenimer autour de la circulaire de Christiane Taubira facilitant la reconnaissance des enfants nés d'une gestation pour autrui à l'étranger. Alors que le geste de la ministre est critiqué de toutes part comme étant un premier pas vers la légalisation de la GPA, c'est maintenant le président de la République lui-même qui se retrouve en mauvaise posture. En effet, un article du Monde relaye la curieuse découverte du député UMP Daniel Fasquelle, qui a retrouvé une pépite parmi les déclaration de François Hollande, alors qu'il était encore candidat à la présidentielle.

Interrogé sur la GPA en février 2012 par le magazine Têtu, la futur président se prononçait contre la GPA, mais aussi contre la reconnaissance des enfants, qui n'était alors à ses yeux qu'une "facilité donnée la la gestation pour autrui" : "Je suis hostile à la gestation pour autrui, la GPA.", déclarait-il.  "Seriez-vous néanmoins favorable à la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger ?", interrogeait alors le magazine. "Vous imaginez bien que si j’ouvrais cette question-là, ça pourrait être finalement une facilité donnée à la gestation pour autrui. Et seul compte le droit de l’enfant." A l'époque, François Hollande semblait donc bien interpréter ce geste comme un premier pas vers la légalisation de la PMA, interprétation qui est précisément celle de l'opposition aujourd'hui, récusée par le gouvernement.

Mais déjà à l'époque, François Hollande lui-même ne semblait pas très au clair sur cette question, puisque devant l'association Homosexualité et Socialisme, il avait au contraire soutenu la transcription des actes de naissance dans l'état-civil français : "Lorsque des enfants nés suite à une GPA légale à l'étranger reviennent en France avec leurs parents, il me semble nécessaire, au nom de l'intérêt supérieur de l'enfant, de permettre la transcription sur les registres de l'état-civil français de leur acte de naissance et de faciliter la reconnaissance du lien parent-enfant."

Cette déclaration est d'autant plus surprenante que la transcription à l'état-civil est un acte plus forte que la simple reconnaissance de nationalité française, aujourd'hui facilitée par la circulaire et critiquée par François Hollande face à Têtu...

Lu sur Le Monde

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !