Gérard Collomb : "il faudra sortir de cet état d'urgence" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Gérard Collomb : "il faudra sortir de cet état d'urgence"
©Reuters

Les réactions de la matinée

Gérard Collomb : "il faudra sortir de cet état d'urgence"

Plusieurs nouveaux ministres étaient invités ce matin dans les médias, pour évoquer leur premiers projets. De son côté, Laurent Wauquiez renonce aux législatives.

Gérard Collomb : sur RTL, le ministre de l'Intérieur est revenu sur l'état d'urgence, mis en place après les attentats. "Je crois qu'à un moment donné, il faudra sortir de cet état d'urgence. Est-ce le bon moment ? Peut-être pas juste après la formation du gouvernement. (...) Il faut voir quelles sont les mesures qui peuvent permettre de faire face au haut degré d'insécurité que nous avons face à la menace terroriste."

Jean-Michel Blanquer : Invité sur France Inter, le nouveau ministre de l'Education fixe ses objectifs. "A la rentrée, l'objectif c'est 100% de réussite au cours préparatoire, ça concerne le REP + (réseau d'éducation prioritaire). Mon but, c'est que tous les élèves sortent du cours préparatoire en sachant lire, écrire, compter."

David Rachline : Marine Le Pen "va être le véritable leader de l'opposition puisque la plupart des LR, une grande partie en tout cas, ont choisi de rejoindre Monsieur Macron" assure le sénateur-maire FN sur Europe 1. "Elle a l'intention de porter la parole de ces millions de nos compatriotes qui ne sont pas en phase avec la politique d'augmentation des impôts, de remise en cause de la laïcité que souhaite faire Monsieur Macron avec son gouvernement".

Florian Philippot : sur RMC et BFMTV, le vice-président du Front national a maintenu qu'il quitterait le parti si son parti reculait sur la sortie de l'euro. "Ce n'est pas, contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là, du chantage. C'est simplement de l'exposition de convictions" a-t-il affirmé. "Soit on continue avec cette monnaie et ça ne fonctionnera jamais, soit on retrouve les instruments de la liberté. Nous devons aller vers une dissolution de la zone euro et avoir une monnaie nationale".            

 Laurent Wauquiez : "Lors de la campagne des élections régionales, j'ai indiqué que si j'étais élu, je resterais président de la Région. Le respect de la parole donnée est sacré", a-t-il déclaré dans un communiqué, confirmant qu'il ne serait pas candidat aux législatives.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !