Géopolitique : le tribunal international de La Haye juge illégales les ambitions de la Chine en Mer de Chine du méridionale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Géopolitique : le tribunal international de La Haye juge illégales les ambitions de la Chine en Mer de Chine du méridionale
©Reuters

Partibus factis, verba fecit leo

Géopolitique : le tribunal international de La Haye juge illégales les ambitions de la Chine en Mer de Chine du méridionale

Le jugement ne changera sans doute pas les ambitions de la Chine mais pourrait accroître la pression diplomatique.

La Chine vient de perdre un important procès international concernant des récifs et des atolls stratégiques. La Chine prétendait que ces lieux lui donnaient des droits sur la Mer de Chine méridionale, dont la territorialité est disputée. 

La Chine prétendait que certains rochers en Mer de Chine méridionale--dont certains ne sont visibles qu'à marée basse--sont des îles du territoire chinois, dont les eaux territoriales lui donneraient ainsi le contrôle d'une grande partie de la Mer de Chine méridionale. Une position contestée par les Philipinnes. En effet, explique le tribunal, ces eaux étaient "dans la zone économique exclusive des Philippines" et il n'y a dans ces zones "aucune zone possible à laquelle la Chine pourrait avoir droit." De plus, le tribunal condamne la Chine pour avoir violé les droits souverains des Philippines en ayant perturbé ses opérations de pêche et d'exploitation pétrolière et en construisant des îles artificielles. 

Un nouveau rebondissement dans la saga de la Mer de Chine méridionale, une zone que la Chine revendique dans sa quasi-intégralité, contrairement au droit international, entraînant l'antipathie de la plupart de ses voisins et impliquant les Etats-Unis, qui sont les alliés de plusieurs pays de la région. La Mer est stratégique ; selon des experts, elle contient de nombreuses ressources non exploitées en hydrocarbure, et environ 4 500 milliards de dollars de commerce international transitent par ses eaux chaque année. Pour le jugement, la Chine n'a "aucune base légale" pour revendiquer les îles au sein des zones contestées. 

La réaction de la Chine ne s'est pas fait attendre. Xinhua, l'agence officielle du gouvernement, a décrié une décision "mal fondée" et "naturellement nulle et non avenue." Le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti communiste cinois, a publié un éditorial selon lequel le jugement aurait ignoré des "vérités de base" et aurait "piétiné" le droit et les normes internationales. "Le gouvernement chinois et le peuple chinois s'y opposent fermement et refusent de le reconnaître ou de l'accepter." De son côté, le ministre des Affaires étrangères philippin, Perfecto Yasay Jr, a déclaré que les Philippines acceptent la décision et a appelé à "la retenue et à la sobriété." 

A LIRE AUSSI : Mer de Chine méridionale : l’inquiétant nouveau théâtre des prétentions territoriales chinoises

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !