General Motors rappelle 1,4 million de ses véhicules à cause d'un risque d'incendie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Selon General Motors, approximativement 1,283 million de ces véhicules se trouvent aujourd'hui aux Etats-Unis.
Selon General Motors, approximativement 1,283 million de ces véhicules se trouvent aujourd'hui aux Etats-Unis.
©

Défaillance

General Motors rappelle 1,4 million de ses véhicules à cause d'un risque d'incendie

Ce problème technique est déjà responsable des blessures infligées à 19 personnes au cours des six dernières années.

Le groupe General Motors a annoncé aujourd'hui qu'il allait rappeler plus de 1,4 million de ses véhicules qui présentent un risque d'incendie. Sortis des usines entre 1997 et 2004, ces véhicules ont en grande partie été vendus aux Etats-Unis. A l'origine de cette défaillance, une fuite d'huile dans le compartiment moteur, qui risque de l'enflammer. 

Ce problème technique est déjà responsable des blessures infligées à 19 personnes au cours des six dernières années. Le groupe General Motors assure par ailleurs qu'aucun décès consécutif à ce problème mécanique n'a encore été recensé.

Comme le note l'AFP, General Motors a déjà rappelé à deux reprises ses véhicules chez les concessionnaires, en 2008 et 2009, a cause de mauvaises réparations. 

Les véhicules ciblés sont la Pontiac Grand Prix modèles 1997 à 2004, la Chevrolet Impala (2000 à 2004), la Chevrolet Lumina 1998 à 1999, la Chevrolet Monte Carlo (1998-2004), l'Oldsmobile Intrigue (1998 à 1999) et la Buick Regal (1997 à 2004).

Selon General Motors, approximativement 1,283 million de ces véhicules se trouvent aujourd'hui aux Etats-Unis. Une plus faible proportion se trouve au Mexique, au Canada, et dans d'autres pays, assure le groupe, sans plus de précisions. Il s'agit de berlines et coupés de milieu de gamme dotés d'un moteur de 3,8 litres de cylindrée.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !