Gazprom annonce avoir coupé ses livraisons de gaz à la Lettonie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gazprom annonce avoir coupé ses livraisons de gaz à la Lettonie
©KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Robinet fermé

Gazprom annonce avoir coupé ses livraisons de gaz à la Lettonie

Le géant russe de l'énergie a déclaré samedi avoir cessé de fournir du gaz à la Lettonie, état membre de l'UE, il l'accuse de violer les conditions de retrait du gaz.

Gasprom l'a annoncé aujourd'hui sur Telegram sans précisé quelle condition de retrait avait été violée : "Aujourd'hui, Gazprom suspend ses approvisionnements en gaz à la Lettonie... en raison de violations des conditions d'achat". Une décision qui intervient un jour après la société énergétique lettone Latvijas Gaze ait décalré qu'elle allait acheter du gaz à la Russie en euros plutôt qu'en rouble. 

Pourtant en mars, le président russe Vladimir Poutine avait demandé à ce que les pays jugés hostiles à Moscou paient leurs livraisons de gaz en roubles en réponse au gel des avoirs de la Russie à l'étranger. Ainsi, la Russie a coupé l'approvisionnement en gaz de la Pologne, de la Bulgarie, de la Finlande, des Pays-Bas et du Danemark pour avoir refusé de se conformer aux demandes de paiements en roubles.

L'UE a été l'objet de critiques concernant la poursuite de l'achat de gaz à la Russie, craignant que l'argent recueilli continue de financer la guerre en Ukraine. Mais vendredi le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, a déclaré que la réduction de la dépendance à l'égard de l'énergie russe n'était pas quelque chose qui pouvait être réalisé du jour au lendemain. Les importations russes d'énergie étaient de 40 % avant la guerre et sont maintenant 20 % , selon M. Borell personne ne peut demander aux économies européennes de réduire l'approvisionnement en gaz du jour au lendemain

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !