Gaza : nouveaux bombardements des Israéliens, appel à un cessez-le-feu du Conseil de sécurité de l'ONU | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gaza : nouveaux bombardements des Israéliens, appel à un cessez-le-feu du Conseil de sécurité de l'ONU
©

Pas de répit

Gaza : nouveaux bombardements des Israéliens, appel à un cessez-le-feu du Conseil de sécurité de l'ONU

9 Palestiniens, dont quatre enfants, ont été tués ce lundi lors d'un raid aérien israélien à Rafah dans le sud de la bande de Gaza.

14e jour de conflit entre Israël et le Hamas et toujours pas de répit. L'offensive des Israéliens se poursuit ce lundi. 9 Palestiniens, dont quatre enfants, ont été tués ce matin lors d'un raid aérien israélien à Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Malgré les appels au calme de la communuaté internationale et à un cessez-le-feu, les bombardements se poursuivent. Plus de 500 Palestiniens ont été tués, dont plus de 140 dimanche. Vingt Israéliens, dont 18 militaires, sont morts.

Du côté israélien, les villes à proximité de la bande de Gaza ont été mises en état d'alerte ce lundi matin. Les habitants ont été sommés de rester chez eux. Par ailleurs, Ron Prosor, l'ambassadeur israélien à l'ONU a indiqué qu'aucun enlèvement de soldat israélien n'avait eu lieu contrairement à ce que prétendait dimanche des membres du Hamas. "Ces rumeurs sont fausses" a-t-il fermement affirmé. 

De son côté, Barack Obama s'est dit "inquiet du nombre croissant de morts" à Gaza. Lui aussi souhaite un "cessez-le-feu immédiat". Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, actuellement au Proche-Orient a demandé à  Israël de "faire beaucoup plus" pour épargner les civils.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, qui s'est entretenu à Doha avec Ban Ki-moon, a estimé que les attaques aériennes de Chejaïya dimanche constituaient un "crime contre l'humanité" souhaitant que les auteurs soient "poursuivis et punis". Les raids contre Chajaiya sont les plus meurtriers depuis la guerre de 2008-2009 dans l'enclave palestinienne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !