Gaza : le Hamas ne prolonge pas le cessez-le-feu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gaza : le Hamas ne prolonge pas le cessez-le-feu
©

Suite

Gaza : le Hamas ne prolonge pas le cessez-le-feu

Le mouvement islamiste l'a annoncé ce vendredi matin au Caire.

Il semble que le conflit entre Israêl et le Hamas ne trouve pas d'issue à court terme. En effet, alors que des négociations ont eu lieu depuis 48 heures au Caire en Egypte, leHamas a annoncé ce vendredi matin qu'il ne prolongeait pas le cessez-le-feu dans l'enclave palestinienne. Deux hauts responsables du mouvement l'ont confirmé à l'AFP. "Nous refusons de prolonger le cessez-le-feu, c'est une décision finale, Israël n'a rien proposé", a indiqué l'un d'eux.

Israël devrait donc reprendre les frappes sur la bande de Gaza. "Je ne suis pas sûr que la bataille soit terminée", a affirmé jeudi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou sur la chaîne américaine Fox News. "Tout dépend s'ils (le Hamas) veulent continuer cette bataille. Je pense que nous devons trouver une solution pacifique, si on le peut", a-t-il dit. Israël n'a "rien contre le peuple de Gaza" et veut l'aider à se débarrasser de la "tyrannie effrayante" du Hamas, a-t-il précisé.

De son côté, le Hamas et les autres oragnisations réclament "la fin véritable de l'agression (israélienne) et une vraie levée du siège". Or, Israël "n'a pas accepté de mettre un terme au blocus", a expliqué un responsable du mouvement. L'armée israélienne, qui a retiré ses troupes de Gaza, se tient prête le long de la frontière à répondre à toute reprise des combats.

Depuis le début du conflit, 1 890 Palestiniens ont été tués, dont 430 enfants et adolescents, selon le ministère palestinien de la Santé. Selon l'Unicef, 73% des victimes sont des civils. Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !