Gaza : la France va verser une aide de 8 millions d'euros à l'Autorité palestinienne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande a annoncé que la France allait verser 8 millions d'euros d'aide pour Gaza
François Hollande a annoncé que la France allait verser 8 millions d'euros d'aide pour Gaza
©REUTERS/Philippe Wojazer

Soutien financier

Gaza : la France va verser une aide de 8 millions d'euros à l'Autorité palestinienne

Cette somme "s'ajoutera à l'aide humanitaire exceptionnelle de 3 millions d'euros déjà débloquée pour la population de Gaza", a précisé ce lundi la présidence française.

Le conflit israélo-palestinien s'enlise chaque jour un peu plus. Malgré les appels répétés au cessez-le-feu de la part de la communauté internationale, les combats continuent et s'intensifient à Gaza. Principale victime de cette guerre : la population de l'enclave palestinienne. C'est pourquoi François Hollande a annoncé lundi à Mahmoud Abbas, au cours d'un entretien téléphonique, que la France "allait procéder au versement d'une première tranche d'aide budgétaire de 8 millions d'euros à l'Autorité palestinienne" pour venir en aide aux habitants de Gaza.

Cette somme "s'ajoutera à l'aide humanitaire exceptionnelle de 3 millions d'euros déjà débloquée pour la population de Gaza", a précisé la présidence française. Le chef de l'Etat a également "réitéré la pleine mobilisation de la France en faveur d'un cessez-le-feu" à Gaza "dans le prolongement de la réunion internationale qui s'est tenue samedi à Paris".

"Alors que la situation sécuritaire et humanitaire observée à Gaza appelle la mobilisation de toute la communauté internationale", selon l'Elysée, le président français a insisté "auprès de M. Abbas (sur) la nécessité de soutenir les démarches entamées pour obtenir une trêve durable".

Pour l'Elysée, il s'agit de répondre "aux besoins légitimes des Palestiniens en matière de développement économique et de protection des civils comme des Israéliens en matière de sécurité". Le président a également "souligné la nécessité d'associer pleinement l'Autorité palestinienne aux efforts menés en ce sens sur la base de l'initiative égyptienne".

Le chef de l’Etat a enfin marqué "sa conviction que cette crise venait souligner l’urgence de redonner un horizon politique aux Palestiniens et aux Israéliens : seules des négociations crédibles entre Israéliens et Palestiniens pourraient permettre la signature d’un règlement juste et définitif, établissant deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité".

Depuis le début du conflit, le 8 juillet, et selon un bilan des secours locaux, quelque 1 050 Palestiniens sont morts. Israël a perdu de son côté 43 soldats, le bilan le plus lourd depuis la guerre contre le Hezbollah libanais de 2006. Au moins sept civils ont également été tués par des tirs de roquettes ou d'obus de mortier.

lu sur le site de l'Elysée

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !