G20 : le sommet s'ouvre ce jeudi dans un climat de guerre froide | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les relations entre la Russie et les Etats-Unis sont tendues.
Les relations entre la Russie et les Etats-Unis sont tendues.
©Reuters

Bras de fer

G20 : le sommet s'ouvre ce jeudi dans un climat de guerre froide

Le désaccord entre Barack Obama et Vladimir Poutine sur le dossier syrien risque de passer à la trappe l'ordre du jour économique de cette réunion internationale.

Il est peu probable que la finance mondiale soit au centre des discussions du G20 qui se déroule de jeudi à vendredi à Saint-Pétersbourg. L'hôte de cette réunion internationale, Vladimir Poutine, compte bien mettre le dossier syrien sur la table alors même qu'il ne figure pas officiellement à l'ordre du jour, rapporte Le Figaro. Le président russe "va se présenter en chef d'Etat sage et expérimenté qui défend le droit international, les principes de non-ingérence", a expliqué au quotidien le directeur de la branche russe du Centre Carnegie, Dmitri Trenin.

A quelques heures de l'ouverture du sommet, Vladimir Poutine a tenté d'apaiser les tensions : il a déclaré que la Russie n'exclut pas d'agir, si des "preuves convaincantes" de l'utilisation d'armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad sont présentées à l'ONU. Le signe d'un infléchissement de la diplomatie russe ? Pas vraiment. Mercredi, le président russe a aussi prévenu qu'un feu vert du Congrès américain à l'usage de la force contre la Syrie sans l'approbation du Conseil de sécurité constituerait un "acte d'agression". Ce qui serait "inadmissible".

Dans la foulée, Vladimir Poutine a par ailleurs accusé le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, d'avoir menti sur le rôle d'Al Qaïda dans le conflit. "Ils ont menti à merveille, évidemment. J'ai vu les débats au Congrès. Un parlementaire a demandé à M. Kerry : 'Est-ce qu'Al Qaïda se trouve là-bas ?' Il a dit : "Non, je vous dis en conscience que ce n'est pas le cas", a poursuivi le président russe. "Les unités d'Al Qaïda sont le principal maillon militaire et ils le savent", a-t-il ajouté.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !