Fusillade à Marseille : Bernard Cazeneuve annonce un plan pour lutter contre le trafic d'armes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Fusillade à Marseille : Bernard Cazeneuve annonce un plan pour lutter contre le trafic d'armes
©Europe 1

Réaction

Fusillade à Marseille : Bernard Cazeneuve annonce un plan pour lutter contre le trafic d'armes

Le ministre de l'Intérieur souhaite le mettre en place "d'ici 5 à 6 semaines" et a déclaré sur Europe 1 vouloir prendre des mesures "offensives".

Invité dimanche du Grand-rendez-vous, Bernard Cazeneuve a réagi à la fusillade qui a eu lieu le matin même à Marseille."Il y a toujours trop de violence dans cette ville. Nous avons obtenu des résultats très significatifs en matière de lutte contre la délinquance dans cette ville où nous avons saisi énormément d'armes", a commenté le ministre de l'Intérieur. Et d'annoncer : "d'ici cinq à six semaines un plan beaucoup plus ambitieux contre le trafic d'armes et la détention d'armes".

A lire aussi : Faut-il quitter Marseille ? Les risques avérés de guérilla urbaine et "d’ennemi intérieur"

En effet, Marseille a de nouveau été le théâtre d'une fusillade dans la nuit de samedi à dimanche, en plein centre-ville, en face de l'Opéra. Il pourrait s'agir d'un règlement de compte. Selon les informations du site internet de La Provence, les faits se seraient déroulés à l'aube, vers 6 heures du matin. Une voiture, avec plusieurs passagers à son bord, se serait arrêtée devant le bar O'stop, rue Saint-Saëns, dans le 1er arrondissement. Plusieurs coups de feu auraient alors été tirés. Des personnes présentes devant l'établissement étaient visées. D'après La Provence, les armes utilisées seraient de gros calibres et une Kalachnikov. D'après Europe 1, la victime décédée serait âgée d'une quarantaine d'années. Les autres personnes auraient entre quarante et soixante ans. Elles ont été conduites à l'hôpital.

Bernard Cazeneuve a conclu ainsi : "le désarmement de tous ces groupes criminels doit être intensifié. Il faut savoir que chaque année depuis 2013, nous saisissons près de 6.000 armes sur des groupes criminels et que, sur ces 6.000 armes, il y a à peu prés 1.200 armes de guerre. Je veux procéder au désarmement de tous ces criminels".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !