Front national : Jean-Marie Le Pen suggère à Florian Philippot de créer son propre parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Front national : Jean-Marie Le Pen suggère à Florian Philippot de créer son propre parti
©Reuters

Querelle

Front national : Jean-Marie Le Pen suggère à Florian Philippot de créer son propre parti

Le président d'honneur du Front national a estimé ce samedi sur Europe 1 que Florian Philippot devrait "construire à côté [du FN] un parti souverainiste".

Nouveau round dans la guerre qui oppose depuis des mois Jean-Marie Le Pen et Florian Philippot. Interrogé par Natacha Polony et Olivier Duhamel dans Mediapolis, ce matin sur Europe 1, il a déclaré : "je propose que Florian Philippot suive l'exemple de Jean-Vincent Placé et François de Rugy et aille construire à côté un parti souverainiste qui serait conforme à ses opinions, et non pas essayer de capter un parti qui a 40 ans d'âge".

Le fondateur du FN fait référence aux deux parlementaires écologistes qui ont annoncé cette semaine leur départ d'Europe Ecologie-Les Verts pour protester contre sa ligne "gauchiste" et son départ du gouvernement.

Jean-Marie Le Pen est aussi revenu sur son exclusion du parti, qui selon lui a été mûrement réfléchie. "Je crois que ça vient d'assez loin et qu'on a attendu l'occasion d'effectuer l'éjection brutale et médiatique de Jean-Marie Le Pen". Le déclic pourrait avoir eu lieu lors de l'affaire de la "fournée", en juin 2014 : "j'ai senti qu'il y avait là une exploitation abusive d'un phénomène médiatique banal et j'ai pensé qu'il y avait anguille sous roche".

Jean-Marie Le Pen assure que la crise migratoire actuelle est un "courant torrentiel dont nous ne voyons que le début du commencement". Il regrette qu'un "phénomène a été assez ignoré de la classe politique, c'est que la révolution démographique a peut-être été le phénomène le plus important du millénaire. La population mondiale est passée en un siècle et demi de un à sept milliards d'habitants (...) La surpopulation va provoquer des chocs extrêmement violents, qui auront pour conséquence pour nous l'arrivée massive de dizaines de millions de migrants fuyant la mort, la misère, espérant des jours meilleurs".

Il regrette que Marine Le Pen n'insiste pas plus sur ce sujet. "l y a dans le discours une proportion moins importante de ce qui était les fondamentaux du Front national depuis des décennies : le phénomène de l'immigration massive et ses conséquences, le chômage, l'insécurité, la dette", a-t-il expliqué.

Lu dans Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !