Front national : Jean-Marie Le Pen se dit "désavoué" et refuse d'aller au bureau exécutif qui pourrait l'exclure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Marie Le Pen
Jean-Marie Le Pen
©Reuters

Il s'accroche

Front national : Jean-Marie Le Pen se dit "désavoué" et refuse d'aller au bureau exécutif qui pourrait l'exclure

Le président d’honneur du parti frontiste a expliqué qu'il n'avait "jamais parlé au nom du Front national", et qu'il continuerait "à parler en son nom".

Jean-Marie Le Pen ne veut rien lâcher. Alors que les responsables du Front national doivent statuer sur son sort ce lundi après-midi après plusieurs sorties médiatiques polémiques, l'homme politique refuse de céder sa place. "J'ai été désavoué" a-t-il déclaré à l'antenne de I-télé, soulignant qu'il refusait de se rendre au refuse d'aller au bureau exécutif du FN, la plus haute instance du parti frontiste, qui pourrait le déchoir se son statut de président d'honneur du parti, voire l'exclure purement et simplement.

Alors que Marine Le Pen a estimé que son père ne devait "plus pouvoir parler au nom du FN", le président d'honneur a répondu qu'il n'avait "jamais parlé au nom du Front national". Il me suffit de parler au nom de Jean-Marie Le Pen" a-t-il expliqué, ajoutant qu'il continuerait "à parler en son nom".

Le père de Marine Le Pen dit avoir reçu beaucoup de soutien, et a balayé l'idée d'un retrait de la vie politique. "Je m'exprime librement ce qui choque un certain nombre de gens".

Le président d'honneur du parti frontiste s'est également permis une nouvelle provocation en déclarant :  "Nous sommes les uns et les autres des détails de l'humanité", une phrase faisant référence à ses fameux propos polémiques sur les chambres à gaz qu'il a qualifié à plusieurs reprises de "détails de l'histoire".

Bien que les tensions familiales apparaissent de plus en plus vives, celui qui  crée le Front national en 1972 a néanmoins affirmé qu'il continuerait "à soutenir" sa fille Marine Le Pen.

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !