Fraude fiscale : Isabelle Balkany a payé une caution d'un million d'euros pour rester libre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Isabelle Balkany a versé un million d'euros à la justice pour rester libre
Isabelle Balkany a versé un million d'euros à la justice pour rester libre
©

Note salée

Fraude fiscale : Isabelle Balkany a payé une caution d'un million d'euros pour rester libre

"La caution a été réglée… un million d'euros", a en effet confirmé son avocat, Me Grégoire Lafarge, ce samedi à RTL.

Elle avait jusqu'au 31 août, elle n'a pas attendu cette deadline pour s'exécuter. Selon des informations de RTL.fr, Isabelle Balkany, mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale, a "payé la caution" d’un million d’euros pour rester libre sous contrôle judiciaire. C'est en tout cas ce qu'a fait savoir son avocat, Me Grégoire Lafarge, au site internet de la station de radio.

"La caution a été réglée…un million d'euros", a-t-il indiqué sans plus de précisions sur la date et les modalités du versement. La cour d’appel de Paris avait confirmé le 3 juillet la caution d’un million d’euros ainsi que l’interdiction de quitter le territoire français. Et RTL de rappeler que si cette somme n'avait pas été versée, l'épouse du maire de Levallois Perret aurait pu être incarcérée. 

La même source ajoute que si ce montant peut sembler excessif "il ne s'agit pas d'un record dans les affaires judiciaires récentes". En effet, "dans le dossier Bettencourt, par exemple, des cautions de 2 voire de 10 millions d'euros avait été imposées, également pour des mises en examen sous contrôle judiciaires".

Pour rappel, Isabelle Balkany a été mise en examen par les juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon qui enquêtent sur les véritables propriétaires de deux villas où réside régulièrement le couple Balkany et d’éventuelles dissimulations au fisc.

Concernant l’une de ses deux villas, à Saint-Martin aux Antilles, Isabelle Balkany a admis devant les enquêteurs qu’elle en était propriétaire depuis 1997 et qu’elle était "l’ultime ayant-droit de la société" propriétaire du bien. Les enquêteurs soupçonnent aussi le couple d’être le véritable propriétaire de l’autre villa, à Marrakech.

 

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !