François Kalfon : "C’était le Black Friday donc on a soldé Olivier Dussopt à son triste sort" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Kalfon : "C’était le Black Friday donc on a soldé Olivier Dussopt à son triste sort"
©Thomas SAMSON / AFP

Braderie

François Kalfon : "C’était le Black Friday donc on a soldé Olivier Dussopt à son triste sort"

"En général, les produits vendus pendant le Black Friday sont des produits de seconde main", a critiqué le conseiller régional d’Île-de-France et membre de la direction collégiale du PS sur Sud Radio.

Les socialistes ne décolèrent pas de l'entrée au gouvernement d'Olivier Dussopt. Proche de Benoit Hamon puis de Martine Aubry et enfin de Manuel Valls, le député de l'Ardèche est finalement devenu secrétaire d'État chargé de la Fonction publique. Un ralliement très critiqué, notamment par le conseiller régional d’Île-de-France et membre de la direction collégiale du PS, François Kalfon. "C’était le Black Friday et les grandes soldes ce week-end, donc on a soldé M. Dussopt à son triste sort. Emmanuel Macron pratique en France une sorte de vente à la découpe. En général, les produits vendus pendant le Black Friday sont des produits de seconde main", a-t-il critiqué sur Sud radio.

Il en a profité pour tacler Didier Guillaume, le patron des sénateurs socialistes, qui a félicité Olivier Dussopt de sa nomination. "Ça pose un problème puisqu’il a été élu président de groupe avec l’idée que son groupe était dans l’opposition. Je l’invite donc à suivre sa propre cohérence politique" affirme François Kalfon. "Je ne vois pas comment on peut se maintenir président du groupe socialiste au Sénat, qui a voté une résolution en indiquant que ce groupe était dans l’opposition, et répandre sur Twitter des messages qui sont en contradiction."

Lu sur Sud radio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !