François Hollande veut un Conseil constitutionnel sans anciens présidents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande souhaite supprimer l'entrée automatique des ex-présidents au Conseil constitutionnel.
François Hollande souhaite supprimer l'entrée automatique des ex-présidents au Conseil constitutionnel.
©Reuters

Annonces

François Hollande veut un Conseil constitutionnel sans anciens présidents

Le président de la République a par ailleurs expliqué qu'il renonçait au "parrainage citoyen".

Les présidents ne seront plus Sages ! C'est en tout cas le projet de François Hollande qui a expliqué ce lundi lors de ses vœux au Conseil constitutionnel vouloir supprimer le titre de membre de droit du Conseil constitutionnel accordé aux anciens présidents de la République française. "J'entends mettre fin au statut de membre de droit du Conseil constitutionnel des anciens présidents de la République", a ainsi déclaré François Hollande.

Ce n'est pas vraiment une surprise puisque cette mesure figurait déjà en 47e position des 60 propositions du candidat Hollande lors de la campagne présidentielle. La loi ne sera toutefois pas rétroactive et les trois derniers présidents en exercice – Valery Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy – pourront donc continuer de siéger au Conseil constitutionnel. Le premier président concerné par cette loi ne sera donc autre que François Hollande lui-même.

Le président a par ailleurs également annoncé ce lundi qu'il renonçait à instaurer "un parrainage citoyen" pour les candidats à la présidentielle, la concertation des partis l'ayant "finalement convaincu de la difficulté de sa mise en œuvre". Le candidat Hollande avait en effet signifié lors de la campagne présidentielle vouloir remplacer le parrainage des candidats par 500 élus par un simple "parrainage citoyen".

François Hollande a toutefois évoqué la préparation d'un projet de loi visant à "améliorer les conditions de financement des campagnes présidentielles et pour assouplir les règles d'accès des candidats aux médias, en particulier lors de la période dite 'intermédiaire'".

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !