François Hollande sur RMC : non, ce n'est pas la première fois qu'un chef de l'Etat échange en direct face aux Français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande sur RMC : non, ce n'est pas la première fois qu'un chef de l'Etat échange en direct face aux Français
©

On a les preuves

François Hollande sur RMC : non, ce n'est pas la première fois qu'un chef de l'Etat échange en direct face aux Français

François Hollande a répondu aux critiques des Français mardi matin chez "Bourdin Direct" sur BFMTV/RMC. Un exercice qui ne constitue pas une première en soi.

Le président de la République a "fêté" le deuxième anniversaire de son élection en direct sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV de 8h30 à 9h30. Tout le monde s'est accordé à dire que le chef de l'Etat s'était adressé en direct aux Français pour la première fois - ce n'était que sa seconde matinale radio depuis le début de son mandat, après Europe 1 en 2012. Un exercice devenu incontournable pour un président en chute dans les sondages, mais surtout une prise de risque dont l'enjeu était de renouer un dialogue rompu avec les électeurs.

Outre son entretien télévisé en direct du 14 juillet dernier sur France 2, François Hollande n'avait pas eu à répondre aux questions de téléspectateurs. En juin 2013, il avait également participé à l'émission "Capital" et répondu en direct aux questions du présentateur du magazine économique, Thomas Sotto, mais sans faire le choix de faire face aux interrogations des Français. Or, cet exercice ne semble être ni le premier ni le dernier pour nos anciens chefs de l'Etat.

Ses prédécesseurs avaient multiplié les tentatives de prises de parole présidentielles : on se souvient notamment de celle de Nicolas Sarkozy en février 2011, qui avait fait face à neuf Français sur TF1 lors de l'émission "Paroles de Français". En 2005, Jacques Chirac s'était également plié à l'exercice : en plein débat sur la Constitution européenne, Jacques Chirac avait choisi de se confronter directement à de jeunes Français en avril 2005. Objectif : les convaincre de voter "oui" au référendum alors que les sondages affichaient une avance du "non" - pour le succès que l'on sait...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !