François Hollande se rend au chevet des éleveurs en Auvergne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande se rend au chevet des éleveurs en Auvergne
©

L'électeur est dans le pré

François Hollande se rend au chevet des éleveurs en Auvergne

Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture sera aux côtés du président au salon de Cournon qui rassemble chaque année quelque 1 250 exposants, 2 000 animaux et 80 000 visiteurs.

François Hollande était à Florange la semaine passée au chevet de l'industrie métallurgique. Ce mercredi, changement de décor et déplacement dans le Massif Central. Très précisément à Cournon en Auvergne pour le sommet de l'élevage. Il s'agira là d'évoquer la question du rééquilibrage en faveur de l'élevage des aides liées à la Politique agricole commune (PAC).

Accompagné par Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, le président entend donner la priorité aux éleveurs. L'accord européen de juin sur la PAC pour la période 2014-2020 a permis d'obtenir une enveloppe de 7 milliards d'euros. Une jolie manne pour les éleveurs souvent moins bien lotis que les céréaliers.

"Je l'ai dit de manière très claire depuis le départ : priorité à l'élevage. Il s'agit de rééquilibrer les aides vers l'élevage sans déséquilibrer bien sûr l'ensemble des productions agricoles et en particulier céréalières (...) J'ai entendu le message des céréaliers, je ne peux pas considérer que pour les céréales tout ira toujours bien. On va doser" a indiqué le ministre la semaine dernière sur France Info.

La nouvelle PAC prône une convergence des aides découplées, dont le versement n'est pas lié à la production, entre les agriculteurs les plus aisés et ceux moins favorisés. La Confédération paysanne, syndicat minoritaire classé à gauche, plaide pour une convergence des aides "totale et rapide, 100 % en 2019", alors que la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), majoritaire, opte plutôt pour le minimum proposé par Stéphane Le Foll, soit une convergence partielle des aides de 60 %.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !