François Hollande rédige un éditorial dans la revue "The Lancet" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande à l'Elysée le 21 avril 2016 - logo "The Lancet" (photomontage)
François Hollande à l'Elysée le 21 avril 2016 - logo "The Lancet" (photomontage)
©REUTERS/Charles Platiau – Atlantico.fr (photomontage)

Journaliste

François Hollande rédige un éditorial dans la revue "The Lancet"

Parue ce lundi, la revue médicale britannique "The Lancet" avait réservé son édito à un chroniqueur bien particulier : François Hollande. Le président Français en a profité pour évoquer l'explosion du coût des médicaments.

Après un meeting de soutien de son quinquennat baptisé "Hé Oh la gauche !" et tenu à la faculté de médecine Paris Descartes, François Hollande signe un éditorial de presse médicale.

Dans la prestigieuse revue scientifique britannique The Lancet, le président de la République aborde un sujet nouveau qui mine depuis quelques années les systèmes de protection sociale dans le monde : l'explosion du coût des médicaments. Notamment les traitements contre le cancer ou l’hépatite C.

"La France veut lutter contre le prix prohibitif de certains nouveaux médicaments tout en favorisant l’innovation", peut-on lire. "Elle a donc pris l’initiative de mobiliser le G7 : pour la première fois cette année, une réunion des ministres de la Santé des sept pays les plus riches de la planète devrait amorcer un dialogue et une coordination entre autorités de régulation, industrie pharmaceutique et patients".

Dans son éditorial, le président Hollande rappelle la crise sanitaire qui touche les pays défavorisés, et prône la création d'une gouvernance sanitaire mondiale.

A LIRE AUSSI : Hollande a tué la gauche ? Certes, mais vous êtes des milliers à avoir participé à ce meurtre !

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !