François Hollande promet d'appliquer l'intégralité de ses 60 propositions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande promet d'appliquer l'intégralité de ses 60 propositions
©

Fin de campagne

François Hollande promet d'appliquer l'intégralité de ses 60 propositions

Le candidat socialiste était l'invité exceptionnel de la matinale de RTL.

François Hollande a répondu ce vendredi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie, Alain Duhamel et Yves Calvi sur RTL.

Le candidat socialiste a estimé que "le choix de François Bayrou l'honore". Le président du Modem avait déclaré ce jeudi qu'il voterait François Hollande à titre personnel. Il a salué la "cohérence" du centriste, en réponse à Nicolas Sarkozy qui a dénoncé ce vendredi matin sur Europe 1 le "manque de cohérence" de François Bayrou.

Interrogé sur l'éventualité d'un dénouement défavorable au second tour, François Hollande a reconnu que "l'hypothèse de la défaite existe" et que "beaucoup d'inconnues demeurent". "Je n'ai jamais sous-estimé Nicolas Sarkozy (...). Lui m'a sous-estiméa-t-il ajouté par ailleurs.

Sur la formation de son futur gouvernement s'il était élu, le candidat socialiste est resté très évasif. Il admet avoir "plusieurs noms pour le poste de Premier ministre" mais déclare "qu'il n'a contacté personne pour constituer une équipe pour gouverner".

Concernant l'immigration, le favori des sondages s'est exprimé en faveur d'une "régularisation au cas par cas".  "Le niveau sera toujours autour de 30 000 par an, comme aujourd'hui." a-t-il estimé.

Sur son anaphore, "Moi, Président de la République", répétée seize fois lors du débat télévisé ce mercredi soir, François Hollande a juré : "C'était spontané !".

Sur le nucléaire, le candidat socialiste a répété que "l'accord PS/EELV engage les partis" et promis qu'il appliquerait "l'intégralité de ses 60 propositions".

Interrogé sur le nombre des effectifs de l'Education nationale, François Hollande a estimé que "le redressement de la France passe par des mesures économiques fortes, mais aussi par un investissement massif dans le savoir et l'éducation". Il persiste et signe : "Il ne faut pas moins d'enseignants, l'expérience en a été faite."

Sur les photographies le montrant faisant ses achats à la caisse d'un supermarché, le candidat PS promet n'avoir "jamais posé pour des photos où l'on me voit faire des courses dans l'épicerie du coin. Un photographe m'a suivi et a vendu ces clichés à un magazine". Mais il a tout de même prôné "une rupture avec le protocole entourant le Président de la République".


Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !