François Hollande et Manuel Valls ont détaillé le pacte de responsabilité et tenté de convaincre leur majorité avant le vote du plan de stabilité mardi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande lors de son discours aux préfets et sous-préfets
François Hollande lors de son discours aux préfets et sous-préfets
©Reuters

Annonces

François Hollande et Manuel Valls ont détaillé le pacte de responsabilité et tenté de convaincre leur majorité avant le vote du plan de stabilité mardi

Le Premier ministre a envoyé une lettre aux parlementaires socialistes dans laquelle il a lâché du lest sur son plan d'économies. Ce lundi après-midi, lui et François Hollande se sont exprimés à la maison de la Chimie à Paris devant les préfets et sous-préfets sur le pacte de responsabilité.

Ce qu'il faut retenir de la journée

  • Manuel Valls a écrit une lettre aux parlementaires PS pour expliquer le plan d'économies. Le Premier ministre a annoncé qu'il n'y aurait pas de gel pour les petites pensions des retraités, que le plan pauvreté ne serait pas reporté, que les fonctionnaires de catégorie C percevront en moyenne 440 euros net en plus sur l'année et que le gel du point d'indice des fonctionnaires serait réexaminé tous les ans
  • Manuel Valls s'exprimait lundi après-midi depuis la maison de la Chimie à Paris sur le pacte de responsabilité qui doit "redonner confiance aux entreprises et à la France". 
  • Manuel Valls a expliqué la feuille de route qui devra être appliquée par les entreprises. "Je vais être très clair : les marges dégagées par les entreprises doivent servir à l'investissement et à l'emploi, elles n'ont évidemment pas vocation à être consacrées aux dividendes versés aux actionnaires ou à la rémunération des dirigeants" a-t-il souligné
  • François Hollande a lui aussi demandé de la "confiance". "La France doit être conquérante et donc doit avoir confiance en elle. Dîtes du bien de la France" a martelé le président
  • François Hollande a annoncé deux mesures supplémentaires pour relancer l'emploi : les chômeurs longue durée bénéficieront du statut d'apprenti "quel que soit leur âge" et l'aménagement du contrat de génération pour inciter également à l'embauche des seniors.

19h00 :  Fin du direct ====>>>>>> A LIRE AUSSI - Pacte de responsabilité, économies, emploi, apprentissage, Alstom... Ce qu'il faut retenir des interventions de Hollande et Valls

18h50 : Jean-Marie Le Guen estime que les députés doivent prendre leurs responsabilités
18h25 : le CICE et le pacte de responsabilité jusqu'en 2017

Le chef de l'Etat a expliqué que le pacte de responsabilité et le CICE "vont durer au moins jusqu'en 2017". Concernant l'avenir du CICE, François Hollande a assuré que "de toute façon les 30 milliards d'euros seront pérennisés".

18h02 : "Accélérer" réaffirme Hollande
François Hollande a, par ailleurs, affirmé vouloir mettre "un coup d'accélérateur" pour qu'il y ait davantage d'emplois d'avenir "notamment dans le secteur marchand"'.
17h45 : François Hollande évoque les seniors
Le président a dit qu'il voulait "aménager" le contrat de génération pour inciter également à l'embauche des seniors
17h30 : François Hollande veut que les chômeurs longue durée bénéficient du statut d'apprenti "quel que soit leur âge"

François Hollande a demandé lundi que les chômeurs longue durée bénéficient du statut d'apprenti "quel que soit leur âge", avec une rémunération "maintenue au niveau de l'indemnisation telle qu'elle est prévue", dans un discours de mobilisation pour l'emploi prononcé à la Maison de la Chimie à Paris.

"L'idée, c'est que nous puissions ouvrir la porte des entreprises à ces chômeurs de longue durée", a expliqué le chef de l'Etat
17h20 : "Dîtes du bien de la France" demande Hollande
"La France doit être conquérante et donc doit avoir confiance en elle"
17h17 : "L'emploi est le seul engagement que nous devons prendre pour les Français" dit le président de la République
"Il faut mettre moins de contraintes pour les entreprises. Il faut du contrôle mais aussi et surtout de la confiance. L'emploi est le seul engagement que nous devons prendre pour les Français. La défense de l'emploi, c'est aussi prendre des décisions dans la politique industrielle. Je pense à Alstom, l'Etat a forcément son mot à dire. Il utilise sa position pour qu'il puisse faire en sorte que l'emploi en France soit maintenu". 
"L'emploi, la croissance et le redressement de la France doivent être nos préoccupations principales. La confiance doit être au coeur de ce pacte. (...) Ceux qui décident, les chefs d'entreprise doivent avoir confiance, il doit y avoir le déclic".
17h15 : "des efforts à faire en direction des entreprises" dit Hollande
"L'Etat doit être efficace sur ses missions essentielles. Il faut simplifier et clarifier pour les entreprises".
17h00 : François Hollande s'exprime à son tour devant les préfets et sous-préfets
"Le pari, c'est de faire confiance aux chefs d'entreprises et aux partenaires sociaux. Nous sommes à un moment décisif car la reprise se dessine. Le pacte de responsabilité est la stratégie de la France jusqu'à la fin du quinquennat"
16h51 : LA phrase de Manuel Valls à retenir lors de son discours sur le pacte de responsabilité

"Je vais être très clair : les marges dégagées par les entreprises doivent servir à l'investissement et à l'emploi, elles n'ont évidemment pas vocation à être consacrées aux dividendes versés aux actionnaires ou à la rémunération des dirigeants"

16h35 : les points à retenir de la lettre de Manuel Valls aux parlementaires PS
- Pas de gel pour les petites pensions des retraités

- Les minima sociaux évolueront avec l'inflation

- Le plan pauvreté ne sera pas reporté, la prochaine étape de la revalorisation exceptionnelle du RSA de 10% en 5 ans interviendra comme prévu le 1er septembre 2014" a dit Manuel Valls

- Les fonctionnaires les plus modestes revalorisés vont toucher en moyenne 440 euros 

Le gel du point d'indice fera l'objet d'un réexamen chaque année en fonction de la croissance
16h05 : Le Guen "confiant dans la majorité" 
Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, s'est dit aujourd'hui "confiant dans la majorité et dans la nature de la majorité" qui sera obtenue mardi à l'Assemblée nationale, après les annonces de mesures de compromis par Manuel Valls.

"Le message est fort, il est le résultat d'un travail intense entre le premier ministre et sa majorité", une illustration d'une "nouvelle façon de travailler". Les annonces dans sa lettre notamment d'un geste en faveur des petites retraites "répondent à beaucoup d'aspirations légitimes". "Je suis confiant dans la majorité et dans la nature de la majorité". Du côté du Parti de gauche, toutefois, les annonces n'ont pas convaincu :
15h15 : Fin du discours de Manuel Valls
15h10 : "Soyez fiers d'être des représentants de l'Etat" 
"Vous êtes les acteurs de la confiance et vous pouvez débloquer le levier de la croissance. Nous comptons sur vous pour nous formuler des solutions, nous inviter sur le terrain. Rien n'est possible dans ce pays, sans les engagements de tous les acteurs. Il faut que tous nous nous sentions concernés. Soyez fiers d'être des représentants de l'Etat et ensemble, nous redresserons notre pays".
15h05 : "redonner la confiance"
"La France est un très grand pays, respecté. Mais il faut être une grande nation économique. (...) C'est par la qualification des salariés que l'on peut rivaliser sur les marchés"
15h00 : "Le pays est trop fracturé"
"Nous avons besoin de nous rassembler sur les grands questions économiques. Le pays est trop fracturé. Il faut travailler ensemble. Il faut être attentif aux pratiques; Il faut aider les entreprises à retrouver la confiance. A elle aussi de faire les efforts pour réussir. Nous devons les accompagner, des rendez-vous sont prévus"
14h55 : les grands engagements de Valls

- "à partir du 1er janvier 2015, l'employeur d'un salarié touchant le smic ne versera plus aucune cotisation patronale à l'Urssaf"
- "il faudra réunir les acteurs locaux de l'économie"
- "il faut examiner les désirs d'embauche d'entreprise"
- "il faut faire de l'apprentissage une priorité, il doit y avoir 500 000 apprentis d'ici 2017"
- "les marges des entreprises doivent aller vers l'investissement pas vers les dividendes"
14h45 : annonces des principales mesures du pacte de responsabilité

Manuel Valls a confirmé successivement des mesures de réduction des cotisations patronales 

1 - une suppression totale des cotisations patronales à l'URSSAF au 1er janvier 2015 sur les employés au smic ;

2 - jusqu'à 1,6 fois le smic, 4,5 milliards d'euros d'efforts ;

3 - jusqu'à 3,5 fois le smic, un abaissement des cotisations familiales de 1,8 point au 1er janvier 2016, c'est à dire 4,5 milliards d'euros d'allègements ;

des mesures fiscales à l'intention des entreprises :

4 - une réduction du taux normal de l'impôt sur les sociétés à 28% en 2020, avec une étape intermédiaire en 2016 ;

5 - une réduction de la contribution sociale de solidarité des entreprises, supprimée sous 3 ans ;

6 -  la suppression de dizaines de petites taxes complexes et à faible rendement ;

des mesures de réduction des cotisations salariales :

7 - une diminution des cotisations salariales pour les salariés au smic, ce qui représentera 500 euros par an de salaire net en plus ;

et des mesures fiscales à l'intention des ménages :

8 - un allègement de 5 milliards d'euros en 2017 de la fiscalité des ménages modestes qui sont récemment entrés dans le champ de l'impôt.

14h30 : Manuel Valls prononce son discours devant les préfets et sous-préfets

"Le pacte de responsabilité est une nouvelle étape. Il est nécessaire et indispensable. Il va permettre de relancer notre pays. Nous devons créer une nouvelle dynamique autour du pacte de responsabilité et de solidarité. (...) Nous avons vécu depuis des années au-dessus de nos moyens. Nous ne pouvons pas vivre avec nos niveaux de déficit et de dette. Il en va de notre souveraineté et de notre efficacité"

"Il y aujourd'hui moins de jeunes chômeurs qu'il y a un an. Avec les emplois d'avenir, nous avons permis à 120 000 jeunes de sortir de l'impasse. (...) Sans croissance il n'y a pas de confiance, sans confiance il n'y a pas de croissance"

12h30 : la lettre de Manuel Valls aux parlementaires socialistes

Manuel Valls a écrit aux parlementaires socialistes. Pour le Premier ministre, "tous les députés doivent voter mardi à l’Assemblée nationale le texte sur les 50 milliards d‘euros d’économies d'ici 2017". Il veut croire en sa réussite et en convaincre les élus. 

"Je propose que tous les retraités qui perçoivent jusqu’à 1200 euros de pensions (tous régimes confondus) ne soient pas concernés par le report d’un an de revalorisation" écrit le Premier ministre. Manuel Valls détaille aussi son "plan pauvreté". "J’ai décidé que la revalorisation exceptionnelle du RSA de 10% en 5 ans interviendra comme prévu le 1er septembre 20143. Il annonce aussi une augmentation de 440 euros en moyenne de salaire net annuel pour les fonctionnaires les plus modestes. Quant au gel du point d’indice des fonctionnairesjusqu’en 2017, il "fera l’objet d’un réexamen chaque année au regard de la croissance et des résultats du redressement économique de notre pays".

<

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !