François Hollande appelle à une profonde réforme d'un État "trop lourd, trop lent, trop cher" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande appelle à une profonde réforme d'un État "trop lourd, trop lent, trop cher"
©

A l'attaque

François Hollande appelle à une profonde réforme d'un État "trop lourd, trop lent, trop cher"

Le président de la République entend, selon sa propre expression, "réformer l'État, le mettre en mouvement".

François Hollande aurait-il soudain décidé de changer de cap ? Visiblement, le président de la République a l'intention d'agir pour réformer l'Etat en profondeur. Du moins, c'est ce qu'il souhaite. Lors des voeux à la fonction publique, il a indiqué qu'il souhaitait une baisse des impôts et qu'il entendait tailler dans les dépenses publiques pour réduire les déficits. Son objectif : réformer un Etat "trop lourd, trop lent, trop cher". 

François Hollande a donc répété qu'il voulait faire "50 milliards d'économies d'ici à 2017". "Nous en ferons partout où elles seront possibles, chacun devra y prendre sa part : État, opérateurs, organismes sociaux mais aussi les collectivités locales", a-t-il indiqué. Le président veut "réformer l'État, le mettre en mouvement". Pour lui, il faut simplifier les choses car aujourd'hui l'Etat semble flou. "Son organisation apparaît de plus en plus mystérieuse, avec ses agences, ses opérateurs, ses autorités", a-t-il constaté.

"Il est exact que l'enchevêtrement des compétences avec les collectivités locales paraît de plus en plus indéchiffrable" a-t-il expliqué. François Hollande réitère donc ses envies dévoilées le 31 décembre, affirmant vouloir "simplifier la vie" des citoyens et surtout des entreprises par des mesures visant à réduire la bureaucratie en France

"Pour être fidèle à lui-même, c'est-à-dire à ses missions, à ses valeurs, l'État doit changer pour être utile au pays", a encore souligné François Hollande, insistant : "L'État n'est pas un but en soi, c'est un instrument au service de la Nation".

A lire aussi : La conversion de François Hollande est-elle sincère ?

A lire aussi : Quel avenir pour le virage "social libéral" de François Hollande ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !