François Hollande : le président défend sa "boîte à outils" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande n'a qu'un objectif : lutter contre le chômage
François Hollande n'a qu'un objectif : lutter contre le chômage
©Reuters

Visite

François Hollande : le président défend sa "boîte à outils"

Le chef de l'État a décliné tout au long de son déplacement aux Mureaux ce mardi, sa volonté de lutter contre le chômage, sans cacher la difficulté de la tâche.

François Hollande avait placé moins de déplacement dans son agenda ces deux derniers mois. Objectif : face à la crise, rester à l'Elysée pour travailler ses dossiers. Et parmi eux, le chômage qui constitue le chantier prioritaire du président. Mais pour montrer sa motivation, quoi de mieux qu'une visite sur le terrain. Le chef de l'Etat s'est donc rendu mardi aux Mureaux, dans les Yvelines, pour défendre sa "boîte à outils" contre le chômage. Il a d'ailleurs annoncé un renforcement des dispositifs du gouvernement déjà mis en place.

Signature d'emplois d'avenir et de contrats de génération, pacte renforçant la présence de Pôle Emploi dans les quartiers populaires, rencontre avec des habitants dans des logements sociaux, visite d'entreprise, François Hollande a décliné tout au long de son déplacement sa volonté de lutter contre le chômage, sans cacher la difficulté de la tâche.

"La seule priorité qui vaille, c'est l'emploi ; le seul objectif, c'est l'emploi ; hier (lundi) avec les chefs d'entreprise, aujourd'hui (mardi) avec les élus et des ministres mobilisés", a lancé François Hollande au bas d'un immeuble du quartier populaire de Brècheville. "J'entends l'aspiration d'un pays à avoir confiance en lui-même (...) Ce que demandent ces familles, c'est de l'emploi, de l'espérance pour leurs enfants. C'est cela que nous devons donner", même si, "ça prendra du temps", a-t-il ajouté, devant des habitants chaleureux, mais inquiets pour leur avenir. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !