François Hollande : le Brexit crée "une interrogation pour toute la planète" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande : le Brexit crée "une interrogation pour toute la planète"
©Reuters

Le jour d'après

François Hollande : le Brexit crée "une interrogation pour toute la planète"

Le chef de l'Etat, qui rencontrera cet après-midi les dirigeants des partis politiques français, a appelé à "tirer toutes les conclusions et les conséquences" du vote britannique.

Journée marathon pour François Hollande. Il a débuté ce samedi en effectuant une déclaration commune avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, à l'Elysée. Le président français a commencé par rappeler que le Brexit "est bien sûr sans conséquences sur la place du Royaume-Uni dans les Nations unies" mais qu'il crée "pour la planète entière une interrogation, que va-t-il se passer ?"

"Nous devons maintenant organiser cette séparation mais nous devons le faire en bon ordre et avec des règles qui sont celles prévues par les traités", a poursuivi le président français, qui a aussi précisé que la France entend "maintenir des relations avec le Royaume-Uni" en matière économique comme sur les questions des migrants et des réfugiés ou de la défense.


Déclaration conjointe avec M. Ban Ki Moon...par elysee

François Hollande a aussi échangé avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au téléphone ce matin. Ils ont convenu que le Brexit ne doit pas ouvrir une "période d'incertitude" en Europe.

Comme il l'avait fait après les attentats de janvier et novembre 2015, le président recevra cet après-midi les chefs de parti à l'Elysée. Seront présent, à tour de rôle et pour 30 minutes chacun, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, puis Nicolas Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Jean-Christophe Lagarde (UDI), Sylvia Pinel (Radicaux de gauche), David Cormand (EELV), Pierre Laurent (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et François Bayrou.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !