François Fillon estime que les Français devraient privilégier la précarité aux aides sociales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
François Fillon estime que les Français devraient privilégier la précarité aux aides sociales
©Reuters

C'est mon choix

François Fillon estime que les Français devraient privilégier la précarité aux aides sociales

"C'est toujours mieux de travailler plutôt que d'être au chômage ou d'être au RSA", a déclaré François Fillon vendredi à New York.

"Il serait temps qu'on accepte qu'il peut y avoir des emplois précaires". Vendredi devant des Français installé aux Etats-Unis, le candidat à la primaire de la droite François Fillon a estimé que la précarité est une des solutions au chômage. L'ancien Premier ministre, dont l'économie est un axe fort de son programme, a déclaré que "c'est toujours mieux de travailler que d'être au chômage ou au RSA".

"Ce qui est social, c'est ce qui crée de l'emploi", a-t-il lancé, reprenant une formule de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair. "C'est avec ce raisonnement là que la Grande-Bretagne est passée devant nous. Elle est devenue la 5e puissance économique, elle a 5% de chômage quand nous, nous en avons 10%", a-t-il observé.

"Alors immédiatement quand je dis ça, il y a ces fameux experts en tout qui parlent à la télévision: “En Grande-Bretagne ou en Allemagne, il n'y a pas de chômage parce qu'il y a de la précarité.” Bah oui c'est vrai, nous on a la précarité mais on n'a pas les emplois", a-t-il ironisé. 

Pour François Fillon, son "programme est social" car "il fait du travail la priorité absolue. Et que c'est le travail qui libère, qui permet d'aller au bout de ses rêves".

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !