François Fillon critique "l'autoritarisme insupportable" et la "gesticulation médiatique" de Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon critique "l'autoritarisme insupportable" et la "gesticulation médiatique" de Macron
©AFP

Piques

François Fillon critique "l'autoritarisme insupportable" et la "gesticulation médiatique" de Macron

Le Point est revenu sur les derniers mois de de l'ex-candidat LR, qui ne se prive pas pour critiquer le chef d'Etat en privé.

Silence radio. Depuis sa lourde défaite à la présidentielle, François Fillon a décidé de ne plus parler. De ne plus parler politique, même lorsqu'il rencontre ses amis, comme  l'ancien patron d'Axa Henri de Castries, lors d'un improbable weekend de chasse en Angleterre, alors qu'au même moment, Emmanuel Macron vient tout juste d'entrer dans la cour de l'Elysée. Dans un long article, Le Point revient sur les derniers mois du candidat Les Républicains à la dernière élection présidentielle. S'il ne se confie pas aux journalistes, il lâche quelques phrases en privé sur le chef d'Etat. Et ce n'est pas tendre. "Il est d'un autoritarisme insupportable et sa gesticulation médiatique n'est pas en rapport avec son action" affirme-t-il à un proche, critiquant "la débauche de com" et le "projet libéral bien moins ambitieux que le [sien]." Et de trancher, à un autre : "Tu vas voir, Macron, c'est une bulle." A peine consent-il que l'image de la France à l'international s'est nettement améliorée" grâce à l'action d'Emmanuel Macron.

Selon lui, il reste toujours victime d'une machination et d'un deux poids, deux mesures. "J'ai été traité différemment de Bayrou, de Ferrand... Leurs affaires sont sorties après les législatives, après la trêve judiciaire" assure l'ancien Premier ministre. Mais s'il regrette évidemment la défaite, il a tout de même pris conscience de la difficulté que représentait son affaire judiciaire. "Quand j'ai vu les images de la passation de pouvoir, Macron remontant les Champs-Élysées, passant les troupes en revue, regardant le président du Conseil constitutionnel dans les yeux, comment peut-on faire tout ça avec une mise en examen ?" Tout ceci n'est, de toute façon, qu'un vieux rêve.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !