François Fillon : les réactions après sa charge contre Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pro-Sarkozy et pro-Fillon ont réagi à l'offensive de François Fillon contre Nicolas Sarkozy.
Pro-Sarkozy et pro-Fillon ont réagi à l'offensive de François Fillon contre Nicolas Sarkozy.
©Reuters

Bagarre interne

François Fillon : les réactions après sa charge contre Nicolas Sarkozy

En meeting à La Grande-Motte, François Fillon s'est présenté jeudi comme une alternative à Nicolas Sarkozy pour être le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017.

En meeting à La Grande Motte, jeudi, François Fillon a taclé Nicolas Sarkozy et s'est présenté comme une alternative à l'ex président pour être le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017. "Je ne lie pas l'avenir de l'UMP à un homme, a ainsi déclaré l'ancien Premier ministre. Le temps de l'opposition est fait pour débattre, réfléchir, susciter des nouveaux talents, faire des bilans, élaborer un projet nouveau. Et pour ce faire, l'UMP ne peut vivre immobile, congelée, au garde-à-vous, dans l'attente d'un homme providentiel !" Et d'ajouter : "chacun a le droit de vouloir servir son pays et chacun aura le droit d’être candidat aux primaires, mais personne ne peut dire 'circulez ! il n 'y a rien à voir, le recours c’est moi !'"

Pro-Sarkozy et pro-Fillon ont réagi à l'offensive de l'ancien Premier ministre.

Patrick Balkany, proche de l'ancien chef de l'Etat a minimisé ces déclaration sur iTélé : "Vous voulez parler [aux Français] de ce qui va se passer dans 4 ans ? Des ego de l'un, de l'autre ? Mais ça n'a pas de sens", a-t-il dit. Il vaudrait mieux "qu'on aide les candidats à gagner les municipales", "que François Fillon aide Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris", a estimé le député-maire de Levallois. "[François Fillon] a tort de faire ce genre de propos." Et d'ajouter : "François Fillon a mieux à faire aujourd'hui que de faire la petite bagarre à l'intérieur du mouvement".

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris, a jugé sur LCI ce règlement de comptes "bien décalée" au regard des "préoccupations" des Français. "Aujourd'hui, on est en pleine crise, les Français sont traversés de problèmes et d'inquiétudes, et leur inquiétude majeure n'est pas de savoir quel va être le leadership à la tête de l'UMP, mais alors pas du tout", a réagi la députée de l'Essonne.

Brice Hortefeux : François Fillon "a travaillé en totale confiance sous l'autorité de Nicolas Sarkozy pendant cinq ans. [...] Donc, s'il y a critique, ça commence par l'autocritique", a taclé l'ancien ministre de l'Intérieur. Et d'ajouter : "Comme l'a dit Nicolas Sarkozy, aujourd'hui, il faut unir, rassembler et mettre un terme aux querelles du passé".



Eric Ciotti, proche de François Fillon sur RMC : "Il faut quelqu'un qui rassemble. Il me semble que François Fillon rassemble et c'est que disent les enquêtes d'opinion. Je pense que François Fillon a les meilleures qualités pour nous faire gagner". "Les primaires nous offrent la garantie de l'unité, a ajouté le député des Alpes-Maritimes. Chacun doit entrer dans le débat. François Fillon dit toujours la vérité, c'est une qualité."


Le discours de François Fillon :


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !