François Fillon : "Le tribunal de l'inquisition ça suffit" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "Le tribunal de l'inquisition ça suffit"
©

Les réactions de la matinée

François Fillon : "Le tribunal de l'inquisition ça suffit"

Le favori de la primaire était sur RTL ce matin, tandis qu'Alain Juppé était sur RMC et BFMTV.

François Fillon : "Le tribunal de l'inquisition ça suffit. Je ne vais pas tous les jours répondre à une question qui n'aurait jamais dû être posée" a coupé le candidat après une nouvelle évocation de l'avortement.

Le candidat a été invité à réagir à un tweet polémique de Pierre Bergé : "Comparer mon programme à Vichy ça veut dire que Pierre Bergé n'a pas de culture" a tranché François Fillon. "Il faut que ces gens comprennent qu'ils sont les meilleurs agents électoraux des extrêmes."

Interrogé sur son vote en cas de second tour entre Marine Le Pen et François Hollande, François  Fillon a botté en touche : "Jamais je ne voterai pour Marine Le Pen, et je ne pense pas que Monsieur Hollande sera au second tour".

Alain Juppé : "Je ne porte pas d'attaques personnelles. Je n'ai aucune animosité personnelle envers François Fillon" a expliqué Alain Juppé sur RMC et BFMTV. "Nous avons pourtant de profondes divergences. Sur l'international, la gestion de la fonction publique… Je regrette de ne pas avoir suffisamment décortiqué le programme de François Fillon avant le 1er tour" estime le maire de Bordeaux qui est de nouveau revenu sur le cas des fonctionnaires. "Imposer à 500.000 fonctionnaires de travailler 39h payées 37, ça ne se fera pas, je le dis. Je ne laisserai pas faire ce fonctionnaire-bashing."

Selon lui, "il faut des réformes courageuses mais le courage ce n'est pas la brutalité (…) Il ne faut pas casser le système social mais l'améliorer et le réparer."

Et de souligner : "J'ai plus de chances de gagner face à Marine Le Pen avec mon programme. Pensez-y dimanche !"

Hervé Mariton : "L'identité religieuse a pris dans ce débat une place excessive" estime sur Public Sénat et Sud radio l'ex-candidat à la primaire, qui a rejoint Alain Juppé. "Le ton est parfois allé trop loin, des deux côtés." Il maintient toujours son soutien au maire de Bordeaux qui "est sur des réalités opérationnelles", et a une "capacité à être élu face à un Front National dangereux." Et de rappeler : "On peut être moderne et conservateur. Je suis moderne avec Alain Juppé"

Virginie Calmels : "Juppé et Fillon ont la même vision et font le même diagnostic : seul le curseur diffère" affirme Virginie Calmels, proche du maire de Bordeaux sur Europe 1. Elle précise que le débat a été "très éclairant sur les programmes des candidats : il peut changer la donne."

Jérôme Chartier : "Le débat a été dans l'ensemble de bonne tenue, malgré deux à trois jours de déchaînements ridicules" estime sur France 2 le porte-parole de François Fillon, évoquant évidemment les attaques sur l'IVG.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !