François Fillon : "Hollande est très méchant. C'est un salopard" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "Hollande est très méchant. C'est un salopard"
©Reuters

Confidences

François Fillon : "Hollande est très méchant. C'est un salopard"

L'ancien Premier ministre confie sa hargne contre l'actuel chef de l’État, dans un article du Point paru ce jeudi 29 janvier.

Dans l'édition du Point parue ce jeudi 29 janvier, François Fillon se lâche contre le président de la République. Il accuse notamment François Hollande d'avoir intentionnellement cherché à lui nuire à l'occasion du déjeuné avec le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, le 24 juin 2014. Ce dernier avait rapporté dans un livre que l'ancien Premier ministre demandait au pouvoir d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy.

"Les médias ont pensé que l'objectif était de dézinguer Sarkozy, mais non, au contraire : Hollande veut le remettre en selle", confie le député UMP. "Pour ça, il faut affaiblir Juppé et moi. Avec cette affaire Jouyet, Hollande a cherché à me tuer", poursuit François Fillon qui se dit convaincu de "gêner".

Dans l'article du Point, un "intime de François Hollande" semble confirmer cette théorie en assurant que François Hollande "a filé un coup de main" à Nicolas Sarkozy, qui "manquait d'air".

François Fillon en remet une couche : "Hollande est très méchant. Dans l'affaire qui me concerne, c'est un salopard." A l'inverse, le candidat à la primaire pour la présidentielle de 2017 ménage son rival, Nicolas Sarkozy, "plus tendre" selon lui. "Je ne crois pas que Sarkozy soit pervers. En tout cas, sa perversité est moins grande que celle de Hollande", déclare l'ancien premier ministre à l'hebdomadaire.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !