François Bayrou a téléphoné à Radio France pour se plaindre d'une enquête sur son parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Bayrou a téléphoné à Radio France pour se plaindre d'une enquête sur son parti
©Reuters

Mélange des genres

François Bayrou a téléphoné à Radio France pour se plaindre d'une enquête sur son parti

Le ministre de la Justice a confirmé l'appel, mais explique qu'il a appelé en tant que "citoyen".

"La pratique pourrait sembler relever d’un temps révolu", écrit Le Monde : "Un ministre de la justice qui appelle des journalistes pour leur demander de cesser d’enquêter sur une affaire concernant le parti dont il est le président…"

François Bayrou, garde des Sceaux et président du MoDem, a téléphoné mercredi 7 juin à l'un des directeurs de Radio France pour se plaindre en des termes "assez menaçants" d’une enquête menée par des journalistes sur les contrats de travail des salariés et des assistants parlementaires de sa formation politique. . L'enquête a été diffusée le lendemain par Franceinfo.

"Voici ce qu’il me dit en substance : “Des gens de chez vous sont en train de téléphoner à des salariés du MoDem, de les harceler de manière inquisitrice, et de jeter le soupçon sur leur probité. C’est inacceptable”", raconte le directeur de l'investigation de Radio France, Jacques Monin à Mediapart.

François Bayrou a confirmé le coup de fil à Mediapart, mais dédramatise ainsi : "Ce n’est pas le ministre de la justice ni le président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen". Son coup de fil n’avait donc "rien à voir" avec sa fonction. "Je ne fais jamais pression sur les journalistes", assure-t-il, tout en estimant qu'on "n’est pas condamné au silence parce qu’on est garde des Sceaux".

Lu dans Mediapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !