François Bayrou : "le PS et l'UMP sont en fin de cycle" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président du MoDem plaide pour la proportionnelle
Le président du MoDem plaide pour la proportionnelle
©Reuters

Changez tout !

François Bayrou : "le PS et l'UMP sont en fin de cycle"

Pour le président du MoDem, interrogé par le JDD, c'est le manque de représentation de la moitié des Français qui sert le Front national

La montée du Front national inquiète les partis politiques traditionnels. Normal, selon François Bayrou. "La force du FN, ce sont les faiblesses des autres. La progression du FN cessera le jour où l'on fera disparaître les deux causes de cette progression : la stérilité du jeu politique classique et l'incohérence de nos institutions" explique-t-il au JDD.

Et selon lui, le second entraîne le premier. "L'extrême droite, l'extrême gauche et le centre n'ont presque aucune représentation ! Ce monopole empêche tout renouvellement des pratiques et des idées" insiste-il, soulignant que "le scrutin majoritaire accentue les vagues! Un jour, les digues peuvent sauter."

Le président du Modem réclame donc la proportionnelle pour ceux "qui refusent de se soumettre à la domination" des grands partis. Quitte à avoir plus d'une centaine de députés du Front national. "Et alors? Pour moi, les électeurs du Front national ont les mêmes droits que les autres! Pourquoi ne seraient-ils pas représentés? Je suis en profond désaccord avec leurs choix, mais je ne suis pas d'accord pour qu'on les exclue" tranche-t-il. " C'est lorsque les extrêmes seront dans les assemblées qu'on découvrira leurs incohérences et leurs faiblesses."

Sur la rivalité qui existe entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, qu'il soutient, François Bayrou a dénoncé "le plus haut degré de la bêtise" lorsque le maire de Bordeaux s'est fait siffler par des membres de l'UMP. " Ce n'est pas grave. Le jour viendra où ceux qui sifflent seront bien obligés de réfléchir." Quant à une réconciliation Sarkozy-Bayrou, si la situation évolue, l'intéressé a son avis sur la question : " Vous connaissez la chanson : avec des si, on mettrait Paris en bouteille!"

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !