François Baroin : "l'histoire de la droite n'est pas finie et elle se poursuivra" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Baroin : "l'histoire de la droite n'est pas finie et elle se poursuivra"
©Reuters

Mauvaise passe

François Baroin : "l'histoire de la droite n'est pas finie et elle se poursuivra"

Le chef de file des Républicains (LR) aux élections législatives était l'invité du journal de 20 heures de TF1 mercredi soir.

Mercredi soir sur TF1, François Baroin a déclaré que les élus des Républicains (LR) pourraient voter les réformes du gouvernement "qui vont dans l’intérêt du pays". Le chef de file du parti pour les élections législatives pointe toutefois "les zones d’ombres" de plusieurs mesures souhaitées par le gouvernement, notamment sur les 35 heures.

Quant au prélèvement de l’impôt à la source, que veut instaurer le gouvernement au 1er janvier 2019, François Baroin évoque une mesure d'une "complexité effrayante pour les entreprises" et prône la mensualisation.

>>>> À lire aussi : Le monde des affaires est assez séduit par le "covoiturage politique" imaginé par François Baroin pour doper la campagne des législatives

Interrogé sur la situation actuelle de sa famille politique, François Baroin veut d'abord attendre la fin des élections législatives avant de tirer des conclusions : "Passons ces législatives, puis nous verrons comment l'histoire s'écrit. Elle n'est pas finie (…) L'histoire de la droite n'est pas finie et elle se poursuivra", a-t-il assuré. 

"C'est difficile parce qu'on a le vent de face. Mais la question est de savoir si nous sommes capables de travailler (avec Emmanuel Macron). C'est tout à fait possible ! (…) Les débats sur l'avenir de la droite auront lieu après les législatives", a conclu François Baroin. 

Vu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !