Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
©

Cercle vicieux

France Télévisions : l'ancien PDG de Bygmalion Bastien Millot mis en examen pour "favoritisme"

Déjà mis en cause dans une affaire de surfacturation de meetings politiques à l'UMP visant également Jean-François Copé, Bastien Millot a été mis en examen pour des faits antérieurs, alors qu'il était chargé de la stratégie chez France Télévisions entre 2008 et 2010.

L'ancien président-directeur général de la société Bygmalion, Bastien Millot, a été mis en examen dans une enquête portant sur des soupçons de favoritisme à propos de contrats passés avec France Télévisions : il était alors en charge de la stratégie chez France Télévisions aux côtés de Patrick de Carolis. Ces faits sont d'ailleurs antérieurs à "l'affaire Copé", née d'accusations de surfacturation de meetings politiques à l'UMP en marge de la campagne présidentielle de 2012, révélées par l'hebdomadaire "Le Point".

Dès 2008, France Télévisions s'était attiré les services de la société Bygmalion pour plusieurs missions de communication, à la suite desquelles une plainte avait été déposée par le Syndicat national des personnels de la communication et de l'audiovisuel-Confédération générale des cadres (SNPCA-CGC). Cette plainte déposée pour "favoritisme et prise illégale d'intérêts" avait alors entraîné l'ouverture d'une information judiciaire par le juge Renaud van Ruymbeke. Après avoir réfuté "catégoriquement ces accusations", Bastien Millot s'est défendu du tout favoritisme : "Toutes les prestations que j'ai effectuées pour France Télévisions l'ont été dans le strict respect du droit. Et le délit de favoritisme n'a pas d'application au sein de l'entreprise France Télévisions". Bastien Maillot avait définitivement quitté l'audiovisuel public en 2010.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !