France Télévisions : Et voilà, on va se (re)taper de la pub après 20h00... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
France Télévisions : Et voilà, on va se (re)taper de la pub après 20h00...
©

Casse-tête

France Télévisions : Et voilà, on va se (re)taper de la pub après 20h00...

Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, a évoqué cette possibilité en cas de censure de la taxe télécoms par Bruxelles.

La publicité pourrait bien faire son retour sur les chaînes public après 20 heures, et ce dès fin septembre. C’est une annonce de Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, ce jeudi matin sur BFMTV. Au cas où Bruxelles censurerait la taxe sur les télécoms mise en place pour financer l'arrêt de la publicité après 20 heures sur France Télévisions, il recommanderait le rétablissement de la publicité sur les chaînes publiques.

Si Bruxelles censure effectivement cette taxe, ce qui est très vraisemblable, l’Etat devrait rembourser 1,2 milliard d'euros aux opérateurs télécoms. Pour faire face à ce nouveau trou dans le Budget, soit l'État peut créer une nouvelle taxe, soit il pourrait rétablir la publicité après 20 heures, ce qui lui évitera de verser à France Télévisions un complément de budget de 400 millions d'euros par an.

La question sera tranchée  par le ministère de la Culture et Matignon une fois la décision de Bruxelles connue. Au mois de juillet, Aurélie Filippetti s’était déjà exprimé en ce sens, mais avant d’évoquer des nouvelles pistes de financements pour l’audiovisuel public, la ministère de la culture et Bercy souhaitent que France télévisions se réforme. Pour sa part, le groupe France télévisions n'est pas sûre de récupérer les 400 millions d'euros de compensation de l'Etat sur le marché publicitaire et serait rassuré de continuer à percevoir cette somme de la part de l'Etat.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !