Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean Castex premier ministre hommage aux victimes ONG Acted Niger
Jean Castex premier ministre hommage aux victimes ONG Acted Niger
©Thomas SAMSON / AFP

Acted

Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi

Le Premier ministre Jean Castex présidera vendredi à l'aéroport d'Orly une cérémonie nationale d'hommage aux six humanitaires français tués dimanche au Niger, selon des précisions de Matignon.

Jean Castex présidera ce vendredi une cérémonie d’hommage national aux six humanitaires français tués au Niger. La cérémonie se tiendra à 16H en présence des familles à l'occasion du rapatriement des corps de ces six Français, qui travaillaient pour l'ONG Acted. Ils ont été tués avec leur chauffeur et leur guide nigériens par des hommes armés. Cette tragédie s’est déroulée alors qu’ils participaient à une excursion dans la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey.

Jean Castex a dénoncé mardi "un crime odieux" et une "lâcheté difficilement descriptible" à la suite de cette attaque. "La France veillera à ne pas laisser impuni ce crime odieux", selon les mots du Premier ministre. 

Selon la rédaction de CNews, parmi les six victimes françaises, figurent quatre femmes: "Charline F., une doctorante de 30 ans; Stella G., qui s'était consacrée à partir de 2015 à l'humanitaire; Nadifa L., qui avait travaillé pour le ministère français des Armées et Myriam D., qui avait rejoint Acted il y a deux ans". Deux jeunes hommes font également partie des victimes: "Léo R., étudiant, et Antonin G., 26 ans, diplômé de la prestigieuse Ecole normale supérieure et chercheur en économie environnementale".

Le ministère français des Affaires étrangères a placé mercredi l'ensemble du Niger à l'exception de la capitale Niamey en zone rouge, soit une zone "formellement déconseillée".

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !