Français Fillon ne veut pas changer son programme : " pas de zigzags, pas de camomille. Je m'appelle François Fillon, pas François Hollande" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Français Fillon ne veut pas changer son programme : " pas de zigzags, pas de camomille. Je m'appelle François Fillon, pas François Hollande"
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Investiture

Français Fillon ne veut pas changer son programme : " pas de zigzags, pas de camomille. Je m'appelle François Fillon, pas François Hollande"

François Fillon a été investi candidat des Républicains à l'élection présidentielle, ce samedi.

François Fillon a été investi samedi candidat des Républicains à l’élection présidentielle par les 2000 membres du conseil national du parti, son "parlement". Dans son discours d'investiture, il a assuré qu’il ne "changerait"  "changerait" pas son programme "en fonction des vapeurs des uns et des injonctions du microcosme"."Ce projet, je vais l'expliquer, je vais le préciser, l'enrichir de vos meilleures idées, mais pas de zigzags, pas de camomille. Je m'appelle François Fillon, pas François Hollande". 

Ainsi, il ne prévoit pas de rétablier la défiscalisation des heures supplémentaires, réclamée par plusieurs membres du parti Les Républicains, comme le vice-président Laurent Wauquiez. ""Si on réintroduit la défiscalisation des heures supplémentaires, alors l'intérêt de négocier un allongement de la durée du travail disparaît : pour les salariés et même les entreprises, il vaudra bien mieux rester aux 35 heures et bénéficier des avantages fiscaux et sociaux dès la 36e heure", a dit l'ancien Premier ministre devant les 2500 personnes rassemblées dans la salle de la Mutualité, à Paris.

Il ne reviendra pas non plus, a-t-il assuré, sur la loi interdisant le cumul des mandats. Ce recul serait "un bien mauvais début de mandat, pour moi comme pour tous les parlementaires de notre majorité", a-t-il expliqué. "Comment nos concitoyens pourraient-ils comprendre que nous nous occupions de nous-mêmes au lieu de nous occuper d'eux ?"

 
Lu dans Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !