Formations, études : Le Maroc demande de l'aide à l'Espagne en contrepartie d'un renforcement aux frontières | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Formations, études : Le Maroc demande de l'aide à l'Espagne en contrepartie d'un renforcement aux frontières
©JORGE GUERRERO / AFP

SOS d'un pays en détresse

Formations, études : Le Maroc demande de l'aide à l'Espagne en contrepartie d'un renforcement aux frontières

Le pays du Maghreb veut renforcer la formation de certains secteurs clés mais aussi créer un programme permettant aux étudiants d'aller étudier en Espagne.

Moment très important dans les relations entre l'Espagne et le Maroc. Le pays dirigé par le roi Mohammed VI, qui subit un véritable exode de sa jeunesse et de sa population en général, a accepté d'intensifier ses contrôles à la frontière. En contrepartie, une liste d'exigences a été transmise au gouvernement espagnol.

En premier lieu, le Maroc demande une aide pour la formation professionnelle des travailleurs dans des secteurs clés tels que l’hôtellerie, le tourisme mais aussi la santé notamment dans le domaine des soins infirmiers pour aider au développent économique et social du pays.

Ensuite, le développement d'un programme permettant aux étudiant marocains d'aller en Espagne pour y effectuer des études de troisième cycle, puis rentrer au pays avec cette expérience. Une sorte d'Erasmus pour répondre aux nombreux départs de jeunes qui ne voient aucun avenir dans ce pays.

Le Maroc attend de l'Espagne qu'elle demande des fonds à l'Union Européenne pour pouvoir ensuite financer ce projet. L'UE, qui n'a toujours pas versé les 140 millions d'euros d'aide qu'elle a promis au Maroc pour la gestion des flux migratoires. Le secrétaire d'Etat espagnol Consuelo Rumi se rendra à Bruxelles à la fin du mois pour faire toutes ces demandes.

62 000 personnes sont entrées illégalement en Espagne en 2018. Selon le HCR, l'agence des Nations Unis pour les réfugiés, les Marocains représentent 21% de ce chiffre. Durant cette même année, les autorités marocaines ont empêché 13 721 migrants de quitter le pays avec pour intention de rejoindre l'Espagne. Le manque d'emploi, la répression des mouvements sociaux et le rétablissement du service militaire obligatoire expliquent en partie cet exode.

El Pais

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !