FN : une candidate d'origine algérienne se retire, le parti veut porter plainte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
FN : une candidate d'origine algérienne se retire, le parti veut porter plainte
©

Front de contestation

FN : une candidate d'origine algérienne se retire, le parti veut porter plainte

Agacée par les insultes racistes de certains responsables locaux, la candidate à la mairie de Saint-Alban a claqué lundi la porte du parti d'extrême droite.

Nouvelle polémique pour le Front national à l'approche des élections municipales. Une candidate du parti d'extrême droite, investie tête de liste à Saint-Alban (Haute-Garonne), a annoncé lundi qu'elle jetait l'éponge et renonçait à sa carte du parti, lasse du manque de soutien logistique et surtout les insultes racistes entendues dans la bouche des militants.

"Je suis d’origine algérienne et je ne suis pas d’accord avec certains discours de certains responsables du FN dans mon département", a protesté Nadia Portheault auprès de La Voix du midi. Selon elle, des cadres locaux frontistes lui aurait tenue des propos comme "faut tuer tous les arabes" et "toi et tes enfants, vous êtes bons pour le four". Des dérives que l'ex candidate a signalées par courrier à Marine Le Pen mi-octobre, qui n'a pas encore pris la peine d'y répondre.

Le FN conteste, de son côté, les accusations de Nadia Portheault. Un plainte pour diffamation serait en cours de dépôt. "Selon les informations que j’ai, il s’agit de problèmes plus personnels. Son mari était à l’UMP et clairement, il défendait encore l’UMP. On avait donc fait le choix d’une "désinvestiture". Un candidat, investi tête de liste, qui soutient un autre parti, n’a rien à faire au Front", a assuré Steeve Briois, secrétaire général du Front national, à la rédaction web d'Europe 1.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !