Florian Philippot fustige Jean-Marie Le Pen, symbole d'une "ultra-droite qui ne veut pas le pouvoir" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Florian Philippot fustige Jean-Marie Le Pen, symbole d'une "ultra-droite qui ne veut pas le pouvoir"
©Capture

Règlement de comptes

Florian Philippot fustige Jean-Marie Le Pen, symbole d'une "ultra-droite qui ne veut pas le pouvoir"

Selon le vice-président du Front national, le fondateur du parti est "dans une dérive personnelle suicidaire."

Florian Philippot a accordé une interview au JDD ce dimanche et est notamment revenu sur la crise qui a traversé le parti.

L'héritage de Jean-Marie Le Pen

"Je considère que son combat contre l'immigration a été visionnaire et courageux" reconnait Florian Philippot. "Cela restera à son crédit politique. Mais aujourd'hui il est dans une dérive personnelle suicidaire, il est dans la caricature."

"Il m'attaque personnellement sans doute parce que j'ai une visibilité médiatique importante, que je représente un renouveau" précise-t-il. "Cela doit être insupportable pour cette ultra-droite qui ne veut pas le pouvoir."

La formation lancée Jean-Marie Le Pen

"Sur 85.000 adhérents, seuls 12 ont rendu leur carte" souligne Florian Philippot. "Cette association sera epsilonesque dans le débat public. Elle rassemblera quelques aigris et jaloux dont on ne veut surtout pas au FN."

La ligne politique du Front national

"Je n'ai qu'une seule ligne, c'est le marinisme" insiste-t-il. "Pour moi, l'extrême droite, c'est l'injure, c'est l'insulte. Le Front national refuse cette classification, il la combat. Notre mouvement, ce n'est pas l'extrême droite, c'est le patriotisme, la souveraineté, l'identité nationale, la défense des intérêts économiques et sociaux de la nation."

Le nom du parti

"Le nom du parti n'est pas sacré, il n'y a rien de sacré en politique. Mais la question n'est pas d'actualité" a-t-il tranché.

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !