Florian Philippot : "Marine Le Pen répondra sur cette affaire après la campagne présidentielle" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Florian Philippot : "Marine Le Pen répondra sur cette affaire après la campagne présidentielle"
©Capture d'écran / Envoyé Spécial France 2

Les réactions de la matinée

Florian Philippot : "Marine Le Pen répondra sur cette affaire après la campagne présidentielle"

Dans les radios ce matin, les déboires de Marine Le Pen mais aussi une longue interview de Benoît Hamon sur France Inter.

Benoît Hamon : "La barre des 3 % est un non-sens" affirme le candidat socialiste sur France Inter. "Elle voudrait dire que toutes les politiques se fixent sur une cible (...) qui relève d'une convention politique totalement arbitraire, qui est inscrite dans les engagements pris par la France, soit, mais qui ne répond pas aux besoins d'une économie comme la nôtre." Il en a profité pour attaquer Emmanuel Macron. "C'est le programme de Fillon, le sourire en plus" assure-t-il.

Florian Philippot : "Si elle doit répondre, Marine Le Pen répondra sur cette affaire après la campagne présidentielle" estime le vice-président du FN. 

Bruno Le Roux : Accusé par François Fillon de "ne pas assurer les conditions d’un exercice serein de la démocratie", le ministre de l'Intérieur a réagi avec véhémence. "C'est inadmissible et irresponsable", a-t-il affirmé sur RTL. "Aujourd'hui, tous les meetings comme toutes les manifestations sont protégées (…) Ce n'est pas ma faute si, dans les meetings de François Fillon, il y a un certain nombre de rassemblements et de quolibets qui lui sont adressés, compte tenu des réponses qu'il semble ne pas apporter aux questions qui lui sont posées. Quand on est en difficulté, on ne cherche pas à en rejeter la faute sur la République."

Yannick Jadot : "Monsieur Filon, comme Madame Le Pen, devraient, s’ils avaient un peu de sincérité dans leur défense de l’intérêt général, disparaître de la scène politique au regard des affaires dans lesquelles ils sont impliqués", affirme l'ex-candidat EELV sur Europe 1. Il a d'ailleurs réclamé la levée de l'immunité parlementaire de la présidente du Front national.

Gilbert Collard : "Il est temps que les juges respectent l'obligation de neutralité, au moins apparente" explique le député frontiste qui affirme que "l'urgence dans les perquisitions faites à Marine Le Pen n'était pas nécessaire."

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !