"Flame" : le nom du virus informatique le plus complexe au monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
"Flame" : le nom du virus informatique le plus complexe au monde
©

Danger

"Flame" : le nom du virus informatique le plus complexe au monde

Il serait capable de recueillir des données, d'intervenir à distance sur les réglages d'un ordinateur, ou encore d'activer le micro d'un PC et d'enregistrer une conversation.

Pour le moment le nombre d'ordinateurs infectés s'élèverait à 5 000, et ils seraient situés principalement au Proche-Orient, estime le chercheur en sécurité Roel Schouwenberg, de l'entreprise Kaspersky Lab, l'un des plus grands éditeurs de logiciels antivirus. L'Iran serait le pays le plus touché, suivi de la région israélo-palestinienne, du Soudan et de la Syrie. En Amérique du Nord, seule une poignée d'ordinateurs aurait été infectée.

Le virus qui infecte ces ordinateurs s'appelle "Flame", rapporte The Telegraph. Il serait la troisième arme informatique la plus sophistiquée après Stuxnet (un virus responsable de la panne de centrifugeuses nucléaires iraniennes en 2010), et son cousin Duqu, (spécialisé dans le vol de données). 

Flame serait capable de recueillir des données, d'intervenir à distance sur les réglages d'un ordinateur, d'activer le micro d'un PC et d'enregistrer une conversation, de faire des captures d'écran et de se connecter à des messageries instantanées. 

Problème : Flame est un virus extrêmement complexe. Les chercheurs de Kaspersky Lab indiquent qu'ils commençent à peine à comprendre son fonctionnement de Flame, et qu'ils ignorent tout de son objectif. Selon Roel Schouwenberg, l'attaque informatique est extrêmement ciblée, visant essentiellement des entreprises et des structures académiques.

A titre de comparaison, le programme contiendrait 20 fois plus de lignes de code que Stuxnet et 100 fois plus que n'importe quel logiciel pirate classique conçu pour dérober des données financières.

Kaspersky Lab dit avoir retrouvé des installations du virus remontant à cinq ans. "Si Flame a progressé dans l'ombre pendant cinq ans, la seule conclusion logique est qu'il y a d'autres opérations en cours dont nous ne savons rien", estime Roel Schouwenberg.

Lu sur The Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !