Finkielkraut insulté : l'identité de l'homme placé en garde à vue révélée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Finkielkraut insulté : l'identité de l'homme placé en garde à vue révélée
©ERIC FEFERBERG / AFP

Enquête

Finkielkraut insulté : l'identité de l'homme placé en garde à vue révélée

Benjamin W. a été interpellé mardi 19 février.

Samedi 16 février, en marge de la quatorzième mobilisation des gilets jaunes à Paris, Alain Finkielkraut a été violemment pris à partie par des gilets jaunes. Un des suspects, soupçonné d’avoir infligé un flot d’insultes, notamment antisémites, à Alain Finkielkraut, a été interpellé mardi soir. Une source proche du dossier a confié au Parisien qu'il s'agit de Benjamin W. Après s'être rendu à une convocation des enquêteurs à Mulhouse, où il réside (Haut-Rhin), il a été placé en garde à vue par les enquêteurs de la BRDP (Brigade de Répression de la Délinquance à la Personne).

Converti à l'islam et père de cinq enfants

L'homme âgé de 36 ans est vendeur de téléphones portables à Mulhouse et père de cinq enfants. "Surnommé 'Souleyman' ou 'Slim', ce converti à l’islam a effectué plusieurs actions à l’étranger avec l’association des Palestiniens de Mulhouse, comme en témoignent des photos prises au Liban", indique Le Parisien. Ce Gilet jaune est également connu des services de renseignement pour avoir évolué en 2014 dans la mouvance radicale islamiste. Toutefois, il n’a jamais fait l’objet d’un suivi au titre du Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris dimanche 17 février pour "injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion par parole, écrit, image ou moyen de communication". Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la PJ parisienne. La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a également annoncé qu'elle va saisir la justice.

Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !